«Le Haut conseil des collectivités territoriales n’est pas un Sénat bis», Abdoulaye Diouf Sarr



«Le Haut conseil des collectivités territoriales n’est pas un Sénat bis», Abdoulaye Diouf Sarr
Lors du face-à-face avec les députés hier, le ministre de la Gouvernance locale, du Développement et de l'Aménagement du Territoire n’a pas raté l’occasion pour répondre à ceux qui assimilent le Haut conseil des collectivités locales à un Sénat bis. Parlant d’un «rôle important», Abdoulaye Diouf Sarr annonce que l’Union Africaine fait confiance au Sénégal qui devra abriter le siège du Haut conseil des collectivités locales africain.
 
Clarifiant «le rôle et l’importance du Haut conseil des collectivités locales appelé au Sénégal le Haut conseil des collectivités territoriales », la tutelle indique qu’ «en vérité, le haut conseil n’est pas un Sénat bis ». «Il s’agit d’une chambre extrêmement importante dans l’architecture de la décentralisation. Pour mémoire, le Sénégal a une très longue tradition de la décentralisation et la vision de l’acte III est une vision qui positionne désormais le Sénégal parmi les champions en matière de décentralisation. L’objectif, c’est d’arriver à avoir une logique ou une territorialisation des politiques publiques. Cela veut dire qu’au niveau des instances de décision, une chambre qui accompagne l’exécutif dans l’élaboration stratégique quand la réflexion est nécessaire », décortique Abdoulaye Diouf Sarr.
 
Et de poursuivre : «Le Mali qui est à côté, a cette chambre appelée haut conseil des collectivités locales. Et l’Union Africaine faisant confiance au Sénégal a déjà positionné le Sénégal comme devant abriter éventuellement le siège du haut conseil des collectivités locales africain. C’est une chambre extrêmement importante dans l’architecture».

S’agissant de «ce qui est confié à l’honorable député Djibo Leyti KA, c’est une commission chargée de faciliter le dialogue dans le jeu des collectivités locales », explique ce dernier de préciser qu’ «il s’agit à ce niveau-là d’une instance opérationnelle qui facilite la relation entre les collectivités locales et l’exécutif, l’Etat ou entre les collectivités locales et les acteurs de la dynamique territoriale». «Ici, il s’agit d’une Institution qui a un rang bien donné dans l’architecture institutionnelle du pays et qui permet d’étudier toutes les problématiques qui concernent la décentralisation au Sénégal », sert le ministre de la Gouvernance locale, du Développement et de l'Aménagement du Territoire. 


Vendredi 22 Janvier 2016 - 09:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter