PRESSAFRIK.COM ,  L'info dans toute sa diversité



Le Kenya partagé entre le deuil et l’inquiétude après l'attaque du Westgate

Le Kenya reste sous la menace des islamistes shebabs. L'un de leurs chefs lance cet avertissement : l'attaque du centre commercial qui s'est terminée dans le sang est un message à tous ceux qui ont soutenu l'invasion kényane en Somalie. Le bâtiment du Westgate à Nairobi est lui toujours interdit à la presse et les habitants suivent de près le déblayage des lieux.



Le Kenya a commencé à enterrer les victimes de l’attaque du Westgate Mall, à Nairobi, le 25 septembre 2013. REUTERS/Siegfried Modola
Le Kenya a commencé à enterrer les victimes de l’attaque du Westgate Mall, à Nairobi, le 25 septembre 2013. REUTERS/Siegfried Modola
Le trafic a été rouvert, ce jeudi matin, devant le centre. Les Kényans défilent pour venir voir ce qui se passe. Le « mall » est toujours fermé, entouré d’un périmètre de sécurité. A l’intérieur, les équipes continuent leurs recherches.

Mercredi soir, des experts américains, britanniques, allemands et canadiens se sont joints aux opérations. Ils cherchent des corps - 70 personnes sont toujours portées disparues - et également des indices permettant d’identifier le commando.

De nouvelles menaces

Le leader des islamistes somaliens, Ahmed Abdi Godane, a de nouveau revendiqué cet assaut, menaçant le Kenya d’autres attaques si le pays ne se retire pas de la Somalie. Ce jeudi matin, il y a un réel sentiment d’inquiétude. Dans la foule des badauds, certains sont venus de loin. Un monsieur a même fait près de 150 kilomètres pour voir ce qui se passait, déclarant que partout dans le pays, les gens sont inquiets de cette montée du terrorisme.

REACTION : Dans les commerces, un sentiment d'insécurité s'installe

A moins de 400 mètres du centre commercial de Westgate, se trouve un autre centre : le Sarit Center. Même taille avec ses quatre étages, un cinéma, un supermarché et une centaine de magasins. Le centre est ouvert, la sécurité y a été renforcée. On y voit quelques militaires qui patrouillent. Et les clients sont rares...



Dépéche

Jeudi 26 Septembre 2013 - 11:44



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter