Le Mali : Premier pays investisseur d’Afrique francophone en matière de recherche, 0.7% de son PIB consacré à la RD



Le Mali : Premier pays investisseur d’Afrique francophone en matière de recherche, 0.7% de son PIB consacré à la RD
Selon des données publiées par l’UNESCO, le Kenya, le Mali et l’Afrique du Sud sont les trois pays d’Afrique sub-saharienne qui se rapprochent le plus des objectifs régionaux en matière de recherche et de développement (R&D), tels que fixés par l’Union Africaine, conformément aux objectifs mondiaux de développement durable (ODD).
 
Les ODD engagent les pays membres de l’ONU à promouvoir une industrialisation durable, en augmentant les dépenses en R&D et le nombre de chercheurs.
 
En août 2015, les pays membres de l’ONU s'étaient engagés à “renforcer la recherche scientifique, perfectionner les capacités technologiques des secteurs industriels de tous les pays, en particulier des pays en développement, notamment en encourageant l’innovation et en augmentant considérablement le nombre de personnes travaillant dans le secteur de la recherche et du développement pour un million d’habitants et en accroissant les dépenses publiques et privées consacrées à la recherche et au développement d’ici à 2030.”
“L'innovation est la clé de réalisation de chacun des objectifs de développement durable. Il est donc essentiel de suivre les investissements en R&D dans les domaines du savoir, de la technologie et de la pensée, qui animent l'innovation dans les pays”
 
Silvia Montoya
Directrice de l’Institut de statistique de l'UNESCO 
En ce qui concerne le continent africain, l’Union africaine a fixé les objectifs en matière d’investissements en RD à 1% du PIB.
 
Les deux indicateurs – augmentation des investissements en RD et du nombre de chercheurs -, inclus dans l’outil en ligne de l’UNESCO intitulé “Combien votre pays investit-il en R-D?”(1), donnent un aperçu des efforts réalisés dans les 137 pays sur lesquels l’étude a porté.
 
En Afrique, elle concerne trente-deux pays en tout et se base essentiellement sur les statistiques disponibles.
 
Il en ressort que l’Afrique du Sud, avec près de cinq milliards de dollars et 404 chercheurs pour un million d’habitants, est le pays africain le plus performant, suivi du Kenya, avec près de 800 millions de dollars et 230 chercheurs pour un million d’habitants.
 
Le Mali referme le peloton de tête, avec des investissements à hauteur de 153.368.000 dollars (environ 90 milliards de Francs CFA) et 29 chercheurs pour un million d’habitants.
 
Le Niger, quant à lui, ferme la marche, avec 7 chercheurs pour un million d’habitants – le document de l’UNESCO ne donne pas des données chiffrées relatives aux investissements en RD pour ce pays.
 
Ces chiffres ne renseignent cependant pas sur la complexité des efforts engagés à divers niveaux par les Etats pour promouvoir la recherche. Ils tiennent compte en effet avant tout, des efforts financiers engagés par chaque pays, au regard du point 9.5 des objectifs de développement durable.
 
Ainsi, même si le Mali consacre 0.7% de son PIB à la recherche, contre 0.5% pour le Sénégal, il est encore loin de son voisin du Sud, aussi bien en termes de nombre de chercheurs pour un million d’habitants que, certainement, en termes d’infrastructures en matière de recherche.
 
Il n’en demeure pas moins qu’avec des investissements de l’ordre de 150.174.300 dollars (0.5% du PIB), le Sénégal a encore du chemin à faire pour respecter l’objectif de consacrer au moins 1% de son PIB à la RD d’ici à 2020.
 
Disparités
 
De la même manière, les pays ne figurant pas à ce jour en tête de peloton ne peuvent pas encore être considérés comme ayant failli à leurs engagements, puisqu’ils ont encore trois ans au moins pour atteindre les objectifs fixés.
 
De manière générale, les chiffres de l’Institut de statistique de l’UNESCO montrent également des disparités à l’intérieur d’une même région.
 
Ainsi, en Afrique sub-saharienne, les pays francophones apparaissent comme les plus en retard par rapport aux objectifs de renforcement des capacités en matière de recherche.
 
A l’échelle mondiale, les cinq pays avec les plus forts niveaux d’investissements, en termes de dépenses absolues, sont les Etats-Unis (457 milliards de dollars), la Chine (368 milliards de dollars), le Japon (166 milliards), l’Allemagne (106 milliards de dollars) et la Corée du Sud (74 milliards de dollars).
 
Il est à noter que pour ces cinq pays, l’essentiel des investissements provient des entreprises.
 
Cependant, ce classement est bouleversé lorsque les niveaux d’investissements sont ramenés au pourcentage du PIB.
 
La Corée du Sud (4.3%), Israël (4,1%), le Japon (3,6%), la Finlande (3,2%) et la Suède (3,2%) arrivent en tête suivant cette variable.
 
Toujours au niveau régional, de nombreuses disparités existent, en raison notamment des objectifs fixés par chaque région.
 
A titre d’exemple, l’Union européenne engage ses Etats membres à consacrer 3% de leur PIB aux investissements en R&D d’ici à 2030, tandis que l’Union africaine s’est contentée d’un modeste 1%.
 
S’exprimant sur la publication de ces données, Silvia Montoya, la directrice de l’Institut de statistique de l’UNESCO, a déclaré que “l'innovation est la clé de réalisation de chacun des objectifs de développement durable. Il est donc essentiel de suivre les investissements en R&D dans les domaines du savoir, de la technologie et de la pensée, qui animent l'innovation dans les pays.”

www.scidev.net

Khadim FALL

Vendredi 16 Septembre 2016 - 14:58



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter