Le Mali se prépare à répondre aux questions des bailleurs de fonds

Il y a tout juste un an, le 15 mai 2013, la communauté internationale se réunissait à Bruxelles et décidait de mobiliser plus de 3 milliards d’euros pour le Mali. Le pays sortait tout juste d’une guerre de reconquête ayant permis la libération du nord du pays par les groupes islamistes, et préparait l’organisation de son élection présidentielle. Aujourd'hui, les bailleurs se rassemblent à nouveau, cette fois dans la capitale malienne Bamako, pour une réunion de suivi. Une réunion qui tombe en pleine polémique sur l’achat d’un nouvel avion présidentiel.



Le Premier ministre malien Moussa Mara au Parlement à Bamako, le 29 avril 2014. AFP PHOTO / HABIBOU KOUYATE
Le Premier ministre malien Moussa Mara au Parlement à Bamako, le 29 avril 2014. AFP PHOTO / HABIBOU KOUYATE

’objectif de cette réunion de suivi, la troisième du genre, est de faire le bilan des actions déjà réalisées grâce aux fonds mobilisés il y a un an  pour la reconstruction du Mali, soit plus de 3,2 milliards d’euros. Ainsi, le Premier ministre malien, Moussa Mara, n’aura pas moins de huit ministres à ses côtés, de la Réconciliation nationale à l’Education en passant par l’Economie, pour présenter les programmes en cours et les résultats déjà obtenus.

Mais il s’agit également pour les bailleurs de s’assurer que les engagements pris par le Mali en échange des fonds accordés sont bien respectés, notamment en termes de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption.

Or cette réunion de suivi se tient alors même que le Fonds monétaire international (FMI) exige des autorités maliennes qu’elles rendent des comptes sur l’achat d’un nouvel avion présidentiel. Un avion au coût faramineux, 30 millions d’euros, acheté dans des conditions jugées peu claires par le FMI, dans un contexte pas nécessairement approprié alors que le pays connaît de nombreux besoins et qu’environ un tiers de son budget provient de l’aide internationale.

Source : Rfi.fr
 



Jeudi 15 Mai 2014 - 02:27



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter