Le Maroc demande officiellement son adhésion à l'Union africaine

Le Maroc a demandé formellement à rejoindre l'Union africaine. Le royaume avait quitté l'organisation en 1984 pour protester contre l'admission à l'OUA du Sahara occidental. Le Maroc mène une diplomatie très active sur la scène continentale africaine mais aussi à l'international, pour la reconnaissance de sa souveraineté sur le territoire du Sahara occidental que contestent les indépendantistes du Front Polisario soutenus par l'Algérie.



C'est un communiqué de l'Union africaine qui l'annonce. Une demande de réadmission a effectivement été soumise officiellement à l'Union africaine par le roi du Maroc. Le communiqué dit que les Marocains ont informé la présidente de la commission de l'UA de cette démarche à l'occasion d'une rencontre bilatérale qui a eu lieu jeudi 22 septembre, en marge de l'Assemblée générale des Nations unies. Une lettre d'intention a été remise à Dlamini Zuma et dans le même temps déposé à Addis Abeba au siège de l'organisation.


On savait que le Maroc souhaitait demander cette réadmission. Lors du dernier sommet de l'Union africaine, le roi l'avait déjà indiqué. Et d'autres signaux plus anciens avaient déjà montré que les Marocains souhaitaient préparer ce retour. La participation, par exemple d'une responsable marocaine de haut niveau au sommet de janvier 2016. L'offensive diplomatique plus générale menée par le royaume chérifien depuis deux ans au sud du Sahara. On se souvient par exemple de l'accueil qui avait été réservé au président rwandais Kagamé au Maroc. Il s'était déjà dit que le retour de Rabat au sein de l'Union africaine avait été au coeur des discussions.
 
L'enjeu du Sahara occidental
 
Pour le Maroc, l'enjeu d'un retour au sein de l'UA est bien sûr lié au Sahara occidental. Le royaume chérifien revendique la souveraineté sur ce territoire, tout comme le Front Polisario. Un mouvement indépendantiste appuyé par des poids lourds de l'Union africaine au nom du droit à l'autodétermination : l'Algérie, l'Afrique du Sud, mais aussi le Nigeria, par exemple.
 
Revenir aujourd'hui, c'est donc admettre que la politique de la chaise vide n'a pas donné de résultats. La République arabe du Sahara démocratique est toujours membre de l'UA. Rabat n'a pas obtenu le gel de la reconnaissance de ce petit Etat comme demandé pendant des années.
 
Le lobbying chérifien n'ayant pas fonctionné de l'extérieur, le Maroc a donc décidé de le mener de l'intérieur. Faire entendre son point de vue dès qu'il en aura l'occasion sur le statut marocain du Sahara occidental, notamment, et tenter de rallier d'autres Etats africains à la cause marocaine. En clair, convaincre les 53 Etats membres les uns après les autres de reconnaître la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental. « Ça va être la guerre au sein de l'UA », résume une source marocaine bien informée. Selon elle, une dizaine de pays membres seulement soutiendraient encore l'indépendance du Sahara occidental.
 
Rappelons en tout cas que le Maroc avait quitté l'OUA, ancêtre de l'Union africaine il y a trente deux ans en 1984 pour protester contre la reconnaissance du Sahara occidental. Les Marocains avaient estimé que cette décision était contraire au principe de non-ingérence compris dans les principes fondateurs de l'organisation. La décision de réadmettre le Maroc revient désormais à la Commission de l'UA.
 
A cette annonce, vendredi, la République arabe sahraoui démocratique a manifesté sa crainte d'un retour aux divisions au sein de l'Union. « Si le Maroc respecte les règles du jeu de l'Union africaine et respecter l'acte constitutif de l'UA, il sera toujours le bienvenu, non seulement pour les pays africains mais aussi pour la République arabe sahraoui démocratique (RASD) qui est un membre fondateur de l'Union africaine, a souligné Oubi Bouchraïa Bachir, représentant de la RASD. Mais nous avons le souci et la crainte que le Maroc reconduise l'Union africaine à une situation de divisions et de confrontations pour revenir à la case départ de 1984, là où le Maroc va essayer de demander l'expulsion de la RASD de l'Union africaine. C'est un objectif qui ne sera jamais atteint par le Maroc. Les Africains lui ont dit ça d'une façon très claire, que l'acte constitutif ne prévoit pas l'expulsion d'un Etat membre, mais en plus de cela, les africains sont plus pour le droit à l'autodétermination pour le peuple du Sahara dans leurs majorité. »


Source: Rfi.fr


Dimanche 25 Septembre 2016 - 05:46



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter