Le Niger défend le projet d'une immunité des chefs d'Etat face à la CPI

Après l'Afrique du Sud, c'est au tour du Niger d'élever la voix contre la Cour pénale internationale (CPI). Son ministre des Affaires étrangères s'est exprimé pour défendre le projet des deux pays, relayé par l'Union africaine, de voir les chefs d'Etat protégés contre les procédures de la justice internationale.



Le ministre des Affaires étrangères nigérien Mohamed Bazoum, lors d'une allocution aux Nations unies le 27 septembre dernier. Eduardo Munoz
Le ministre des Affaires étrangères nigérien Mohamed Bazoum, lors d'une allocution aux Nations unies le 27 septembre dernier. Eduardo Munoz
Mohamed Bazoum
Ministre des Affaires étrangères du Niger

"Cette organisation, pour redevenir crédible, aurait besoin d'être objective et d'avoir le courage de prendre en charge les crimes où qu'ils soient, pas seulement en Afrique."

63_niger_cpi_son_min_ae_mohamed_bazoum.mp3 63_NIGER_CPI_Son_Min_AE_mohamed_Bazoum.mp3  (410.81 Ko)



Dépéche

Jeudi 24 Octobre 2013 - 11:49



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter