Le Nigeria débloque le programme d’amnistie du delta pétrolifère

Abuja suspend le gel du programme d'amnistie au delta du Niger. Ce fonds vise à indemniser les populations qui vivent sur les territoires regorgeant d’or noir du sud du Nigeria. Un déblocage de la situation au moment où la tension commençait à monter.



Le delta du Niger est dévasté depuis des décennies par des pollutions liées à l'extraction de pétrole. AFP PHOTO / PIUS UTOMI EKPEI
Le delta du Niger est dévasté depuis des décennies par des pollutions liées à l'extraction de pétrole. AFP PHOTO / PIUS UTOMI EKPEI

En perpétuant l'accord scellé entre le MEND (Mouvement pour l'émancipation du delta du Niger) et la République fédérale du Nigeria, le président Muhammadu Buhari s'évite un nouveau foyer de tension à gérer. Dans les années 2000, les combattants du MEND ont mené une lutte acharnée contre les compagnies pétrolières du delta pour réclamer une meilleure répartition des richesse, prenant en otage des Occidentaux et sabotant des pipelines. En 2009, ils ont rendu les armes en échange d'une rente mensuelle.

Mais depuis l'investiture du nouveau président fin mai, le paiement des indemnités dues aux personnes relevant du programme d'amnistie dans le delta était suspendu. Déjà, à l'annonce du résultat de la dernière présidentielle, certains ex-leaders du MEND s'étaient émus de la défaite de Goodluck Jonathan. Originaire du l'Etat du Bayelsa, dans le delta, le président sortant s'était impliqué personnellement dans la mise en route du programme : une allocation mensuelle de près de 300 euros, censée réparer le préjudice subi depuis des décennies par les populations vivant sur les zones du delta d'où le pétrole nigérian est extrait.

La reprise des paiements ponctue donc un début de crispation dans le delta, qui s'est matérialisée avec notamment la renaissance de Radio Biafra, une radio pirate soufflant sur les braises de l'insurrection. Au moment où le Nigeria relance ses quatre raffineries, dont trois dans le delta, Muhammadu Buhari en signant le déblocage des fonds a neutralisé toute poussée de fièvre dans le triangle du pétrole nigérian. Au moins jusqu'à la prochaine crise.


Rfi

Mardi 11 Août 2015 - 08:05



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter