Le PALAM et l’OFEJBAN s’allient dans la lutte contre le sous-emploi

La directrice du Programme d’alphabétisation et d’apprentissage de métiers (PALAM), Khady Fall Ndiaye Mbacké, et le directeur de l’Office national pour l’emploi des jeunes de la banlieue (OFEJBAN), Boubacar Ba, ont procédé mercredi à la signature d’une convention de partenariat en vue d’échanger leurs expériences respectives dans la lutte contre le sous-emploi.



Le PALAM et l’OFEJBAN s’allient dans la lutte contre le sous-emploi
Les deux structures, qui s’activent dans la lutte contre la pauvreté par la formation et l’insertion des populations des milieux défavorisés des communautés rurales et des banlieues, ont posé cet acte au siège du PALAM, en présence de directeurs techniques de ministères intervenant dans ces problématiques.

Cofinancé par la Banque islamique de développement (BID) et le gouvernement du Sénégal, à hauteur de 7 milliards FCFA, le PALAM a pour premier objectif de lutter contre la pauvreté, grâce à la promotion du savoir-faire endogène, et de permettre l’accès des jeunes, des adultes et des femmes rurales à l’alphabétisation.

Lancé en 2008, dans le cadre d’une phase test de trois ans, le PALAM intervient en particulier dans huit communautés rurales de Kaffrine et sept de Diourbel.

Selon Khady Fall Ndiaye Mbacké, ‘’quand on voit qu’il y a des actions possibles dans des milieux autres que celles qui ont été retenus par le programme, on peut aller s’en inspirer et voir comment les utiliser dans nos stratégies’’.

‘’C’est dans cet esprit là que nous voulons avoir un partenariat avec l’OFEJBAN’’, a-t-elle expliqué, ajoutant que ‘’ cela permet de raccourcir le temps, les délais et d’économiser du temps dans l’exécution des programmes pour l’atteinte des objectifs en banlieue.

Selon elle, l’OFEJBAN, qui a une grande expérience dans l’exécution de programmes’’, dispose d’’’une base de données par rapport aux filières qui intéressent les jeunes’’.

’’A travers ce partenariat, a-t-elle expliqué, je pense que nous pouvons utiliser le centre d’incubation, le centre de formation mais, de manière générale, leur base de données sur les jeunes demandeurs d’emplois porteurs de projets en vue de leur insertion’’.

’’Nous voulons aussi éviter l’isolement dans la prise en charge de nos cibles’’, a-t-elle ajouté.

Toutefois dans l’immédiat, le PALAM, dans sa phase test, se poursuivra toujours dans les régions de Diourbel et de Kaffrine, et ce n’est qu’après 2011, c’est-à-dire à la fin de la phase test qu’il s’étendra à la banlieue de Dakar, en s’appuyant sur l’expérience acquise par l’OFEJBAN.

Pour le directeur de l’OFEJBAN, Boubacar Bâ, ce partenariat est ‘’la confirmation d’une vision du chef de l’Etat, Me Abdoulaye Wade, en direction de la lutte contre le sous-emploi des jeunes’’.

’’Je suis content de ce partenariat’’, a-t-il souligné, assurant de toute la disponibilité de la structure qu’il dirige à cheminer aux côtés du PALAM.

APS

Mercredi 12 Janvier 2011 - 17:55



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter