Le PDCI valide l'"Appel de Daoukro"

Le PDCI-RDA, le parti de l’ancien président ivoirien Henri Konan Bédié, a entériné ce samedi l’"Appel de Daoukro", qui consiste à soutenir Ouattara à la prochaine présidentielle.



Henri Konan Bédié et les militants du PDCI-RDA soutiendront Alassane Ouattara à la présidentielle d'octobre.
Henri Konan Bédié et les militants du PDCI-RDA soutiendront Alassane Ouattara à la présidentielle d'octobre.

Le parti a tenu son cinquième congrès extraordinaire, ce samedi à Daoukro, une ville située dans le centre du pays.

C’est sans surprise aucune que l’"Appel de Daoukro" a été adopté, selon une journaliste de BBC Afrique.

Lors des précongrès, la semaine dernière, le "oui" au soutien à Alassane Ouattara l’avait emporté par 3.800 voix contre six.

Ce samedi, les militants du parti ont soutenu la décision d’Henri Konan Bédié de se mettre aux côtés de l’actuel président de la République, lors de la présidentielle d’octobre prochain.

"Pour l’élection présidentielle de 2015, le PDC-RDA soutiendra la candidature du président Alassane Ouattara pour un second mandat, dans le cadre du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix", a déclaré la présidente du congrès, après que la décision a été entérinée par les militants.

"Diktat"

L’"Appel de Daoukro" ne fait pas l’unanimité au sein du parti. Ceux qui s’y opposent ont protesté à l’extérieur du Palais des sports où se tenait le congrès extraordinaire. "Non à l’appel de Daoukro", scandaient-ils.

William Koffi, un membre du bureau politique du PDCI-RDA, a rappelé que lors du 12e congrès du parti en 2013, les militants avaient décidé de choisir un membre de leur parti pour la présidentielle de 2015.

Le congrès de ce samedi a donc abrogé la décision de 2013.

Il faut signaler que quatre cadres du PDCI-RDA ne sont pas venus au congrès : l'ancien Premier ministre Charles Konan Banny, l'ancien ministre des Affaires étrangères Essy Amara, le député Bertin Konan Kouadio et l'ancien vice-président de l'Assemblée nationale, Jérôme Kablan Brou.

Lors d'une conférence de presse, dans la semaine, ils ont qualifié l’"Appel de Daoukro" de "diktat révoltant et inacceptable".


BBC Afrique

Dimanche 1 Mars 2015 - 10:43



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter