Le PDS va braver l'interdiction de rassemblement, la LSDH d'accord

Les autorités ont interdit tout rassemblement et toute marche à compter du 10 novembre au 5 décembre. Ce, pour éviter de perturber le sommet de la Francophonie. Mais la décision est contestée par le Parti Démocratique Sénégalais (PDS), qui compte tenir un meeting le 21 novembre.



La raison invoquée par les autorités sénégalaises pour interdire tout rassemblement : l’approche du sommet de la Francophonie, prévu les 29 et 30 novembre prochains à Dakar. Ce dimanche, le président en personne s’est exprimé sur la question pour justifier cette décision, qui est largement contestée par la société civile, mais aussi et surtout par le PDS. L’ex-président Abdoulaye Wade a en effet prévu d’animer un vaste meeting le 21 novembre prochain.
 
« Aucune perturbation ne sera tolérée (…) Ce n’est pas le moment opportun pour organiser une marche de protestation », a déclaré le président sénégalais Macky Sall lors d’une rencontre avec un club de presse sénégalais dimanche. Pour lui, un événement tel que le sommet de la Francophonie n’est pas compatible avec toute autre manifestation : « On ne laissera tout de même pas des personnes, au nom de la liberté de manifester, perturber un sommet de cette nature ».

Par contre, de leur côté, les leaders de l'opposition, ont décidé de braver cette interdiction. Oumar Sarr, le coordonnateur du PDS, a invité les militants libéraux à préparer le meeting qui doit être animé par Abdoulaye Wade le 21 novembre prochain. « La Constitution nous l’autorise, et nous avons respecté les délais légaux pour l’information » de ce meeting, justifie Oumar Sarr sur les réseaux sociaux.

Cette interdiction suscite à nouveau l’incompréhension de la société civile. « Nous nous étonnons que l’on assimile un droit fondamental reconnu dans la Constitution à la notion de troubles », explique Me Assane Dioma Ndiaye, le président de la Ligue Sénégalaise des Droits Humains (LSDH). Cet avocat, soutenu par quatre autres organisations, invite les autorités « à garantir les libertés publiques ».


Lundi 10 Novembre 2014 - 10:30



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter