Le Parlement britannique vote pour des «frappes» en Irak

Convoqué en session extraordinaire, le Parlement britannique a voté vendredi 26 septembre en faveur d'un texte autorisant « l'usage des frappes » pour soutenir le gouvernement irakien contre le groupe Etat islamique. Toutefois, ce texte précise que Londres « ne déploiera aucun soldat dans les zones de combat ». Les avions de la Royal Air Force se tiennent prêts à Chypre et pourraient entrer en action dès ce week-end.



Sans surprise, le vote a comptabilisé 524 voix pour, 43 contre l'intervention du Royaume-Uni dans le combat contre l'organisation Etat islamique. Le gouvernement britannique a très largement remporté ce vote grâce au soutien des trois principaux partis : conservateurs, libéraux-démocrates et Labour.
Ce soutien fut d’autant plus massif que cette action est limitée à des bombardements en Irak. Mais l'intervention en Syrie n'est toujours pas envisagée. Cette perspective a d’ailleurs provoqué de vifs échanges contradictoires entre les députés.
David Cameron avait soigneusement préparé ses arguments en insistant à la fois sur la nécessité de répondre à une demande d’aide formelle du gouvernement irakien et aussi sur la parfaite légalité d’une telle intervention. Il a aussi bénéficié d’un changement radical au sein de l’opinion publique. Selon un tout récent sondage, 57% des Britanniques sont désormais en faveur de frappes contre le groupe Etat islamique en Irak.
Les six avions Tornado britanniques déployés dans la région pourraient donc intervenir dans les prochaines heures. Les services du Premier ministre ont indiqué qu’un petit nombre de soldats pourrait aussi être envoyé en Irak dès vendredi soir. Leur mission ne sera pas de combattre directement les jihadistes extrémistes. Ils seront envoyés dans le cadre d’une mission humanitaire ou pour entraîner les soldats irakiens et peshmergas kurdes.

rfi.fr

Vendredi 26 Septembre 2014 - 23:47



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter