Le Parlement européen veut des sanctions ciblées en RDC

Après les Etats-Unis, c'est au tour de l’Union européenne d'envisager de plus en plus sérieusement la possibilité de prendre des sanctions ciblées contre des personnalités congolaises qui auraient été impliquées dans la répression de manifestations ou les arrestations arbitraires qui se sont multipliées ces derniers mois dans le pays. Les députés européens sont sur le point d'adopter cette semaine une résolution qui va en ce sens. Pour la première fois, les députés européens établissent une liste de personnes qui devraient être visées par ces sanctions, selon eux. Un texte que RFI s'est procuré en exclusivité. Cette résolution vise à faire pression sur le Conseil des ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne qui se réunira le 12 décembre prochain.



Cinq officiels Congolais ont été listés par les députés européens comme devant être sanctionnés. Parmi eux trois sont déjà sous le coup de sanctions américaines. Il s'agit du chef de la police de Kinshasa, Celestin Kanyama, du commandant de la première zone de défense de l'armée congolaise, Gabriel Amisi Kumba, et de l'ex-chef de la police congolaise John Numbi.
 
Les trois ont vu leurs avoirs éventuels aux Etats-Unis gelés par le Trésor américain. Ils n'ont plus le droit non plus d'effectuer la moindre transaction avec un citoyen américain.
 
S'ajoutent à ces trois officiels tous proches du président Joseph Kabila deux autres personnes. Le directeur de l'Agence nationale des renseignements, Kalev Mutond, mais aussi le commandant de la garde républicaine, le général Gaston Hughes Ilunga Kampete.
 
Pour les députés européens ces cinq officiels sont responsables « de la répression violente des manifestations » mais aussi de l'impasse politique en cours dans le pays où l'alternance à la tête de l'Etat n'aura pas lieu en décembre comme le veut la Constitution.
 
Le gel de leurs avoirs en Europe tout comme l'interdiction d'obtenir un visa pour le vieux continent doit servir de levier de pression supplémentaire pour éviter de nouvelles violences, estime la député socialiste belge Marie Arena, co-rédactrice de cette résolution.
 
Reste à convaincre le reste des institutions européennes à effectivement sanctionner ces officiels. C'est l'objectif de cette résolution qui sera soumise au conseil des ministres des Affaires étrangères européens le 12 décembre où sera examiné, entre autres, le cas de la RDC, pour qu'ils prennent des décisions.
 


Rfi.fr

Mercredi 30 Novembre 2016 - 06:24



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter