Le Représentant de l’UE pose son veto contre le retrait de la Présidence et de certains ministères du contrôle de l’ARMP



Le Représentant de l’UE pose son veto contre le retrait de la Présidence et de certains ministères du contrôle de l’ARMP
Le Représentant de l’UE n’est pas du tout convaincu par les explications du Gouvernement du Sénégal de soustraire la Présidence de la république et certains ministères au contrôle des l’agence de régulation des marchés publics (ARMP). «Il semble qu’il y a contradiction entre les rapports de présentation du décret qui semble exclure la totalité de la présidence être des ministères de souveraineté nationale du code des marchés publics et le contenu du décret qui est beaucoup plus restrictif et qui semble n’exclure que les travaux à l’intérieur même de la présidence où il est question de secret défense», a souligné, au micro de la Rfm, ce mardi, le Représentant de l’UE au Sénégal qui signale que les explications du Premier ministre ne l’ont pas convaincu.

«Ce n’est pas encore très clair parce que la réponse du Premier ministre, dans ce contexte, n’avait pas pu être aussi précise que ce que nous attendions», a fait savoir M. Hervio qui attend des réponses et des précisions plus nettes. «Nous espérons avoir des précisions sur cette question et sur la question de l’encadrement de la notion de secret défense», a-t-il martelé en signifiant «qu’on comprendrait secret national mais secret défense sans précision comme c’est indiqué dans l’article 3 du décret est quelque chose sur lequel nous attendons des clarifications». Par ailleurs, M. Gilles Hervio estime que «ce code des marchés publics tel qu’il existait auparavant faisait la fierté du Sénégal».

Le Premier ministre présentement en congé avait avancé comme explications la lenteur des procédures de l'Armp comparée à l'urgence qui commande parfois les besoins d'exécution de la Présidence et de ces ministères.



Charles Thialice SENGHOR

Mardi 19 Octobre 2010 - 14:42



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter