Le SUDES/ESR sonne l’alerte: risque de privatisation des Universités

En conférence de presse ce lundi, le syndicat unitaire et démocratique des enseignants du supérieur section enseignement supérieur (SUDES/ESR) est revenu sur les risques qu’une éventuelle privatisation des universités Sénégalaises fait courir à la relève. Situation qui découle de la loi cadre dénoncée par les enseignants des universités.



Le SUDES/ESR sonne l’alerte: risque de privatisation des Universités
Les universités Sénégalaises tendent vers la privatisation. C’est qui ressort de la conférence de presse organisée ce lundi par le Syndicat unitaire et démocratique des enseignants du Sénégal section de l’Enseignement supérieur (SUDES/ESR). Selon Cheikhou Issa Sylla : «La participation dans le conseil d’administration des personnes issues du monde extérieur tend vers cette privation».  Le secrétaire général du SUDES/ESR va même plus loin en déclarant qu’ «il n’y a aucune disposition dans la loi qui met un terme à la privatisation, au contraire».


Selon Cheikhou Issa Sylla, cette situation découle du fait que : «Dans la recherche fondamentale, on met les moyens sans se dire que c’est pour un tel alors que dans la recherche finalisée, celui, celui qui met son argent veut tel résultat et dans ce cas, le chercheur n’a une grande la liberté». Le secrétaire général du SUDES/ESR affirme par ailleurs que leur relève est même menacée. Car, déclare-t-il : «Si on n’a pas de master public, si on n’a pas de master de recherche, on ne peut pas avoir de relève puisque la plupart des masters sont à résultats finalisés». Avant d’expliquer : «Il s’agit de masters dans lesquels l’étudiant qui y fait une année peut même ne pas faire la deuxième année parce qu’il trouve dans le marché du travail un emploi dans le secteur»


 

Ousmane Demba Kane

Lundi 9 Mars 2015 - 16:37



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter