«Le Sénégal ne peut pas être insensible à ce qui s’est passé en Gambie», (Ambassadeur)



«Le Sénégal ne peut pas être insensible à ce qui s’est passé en Gambie», (Ambassadeur)
«Lorsque les Sénégalais posent des questions sur les relations avec la Gambie, ils se focalisent sur le pont», soutient Pr Saliou Ndiaye, Ambassadeur du  Sénégal en Gambie qui précise que «la question est certes d’importante, la traversée du fleuve Gambie étant assurée par des ferrys avec la réduction de la durée du voyage». Mais dit-il: «Il réside aussi dans l’érection de postes frontières juxtaposés qui doivent également faciliter et même éliminer les obstacles immatériels comme les tracasseries au niveau des postes de contrôle, les longues et coûteuses procédures douanières, le manque d’installations adaptées à nos frontières, l’acheminement du fret».

Dans une interview accordée à «l’Observateur», Pr Saliou Ndiaye annonce «énormément de choses (qui) vont avec la construction du pont, un projet vieux de 40 ans et qui sera entièrement réalisé sur le territoire gambien».

Sur le changement de régime après le verdict des urnes favorable au candidat de la coalition de l’opposition, Adama Barrow, l’Ambassadeur du Sénégal en Gambie salue «le choix du peuple souverain». «Mais le Sénégal ne peut être insensible à ce qui s’est passé en Gambie, le voisinage géographique, les facteurs culturels et la forte implication de nos deux (2) économies ayant rendu nos relations étroites et sereines», sert-il.

Ce, d’autant plus que «nos deux (2) pays sont unis par des liens très étroits, noués par les fils de l’histoire et matérialisés par des relations d’une exceptionnelle qualité. C’est la raison pour laquelle, le président Sall, élu à la Magistrature suprême, a consacré sa première visite officielle à la Gambie. Le Chef de l’Etat y est venu à trois (3) reprises pour consolider ces relations exceptionnelles. En février 2015, le Premier ministre, Mahammad Dionne, venu célébrer la fête de l’indépendance de la Gambie, a rappelé le cadre de cette coopération, avec le tryptique paix, sécurité et développement…», explique-t-il.
 
Selon lui, «aujourd’hui, l’aspiration commune de nos deux (2) peuples s’adossera obligatoirement à une coopération étroite, nos deux pays étant liés par l’histoire, la géographie, la culture, la langue et même par le mode de pensée». 


Mardi 6 Décembre 2016 - 11:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter