Le Soudan du Sud promet de punir les coupables d'atrocités

Le gouvernement sud-soudanais a annoncé dimanche que si les violations des droits de l’homme dénoncées par l'ONU étaient avérées, il traduirait les coupables en justice. Le rapport publié mardi par des enquêteurs de la mission des Nations unies au Soudan du Sud (Minuss) est accablant pour l’armée sud-soudanaise. Cent quinze victimes et témoins ont été interrogés et font état de villages brûlés et pillés, d'enlèvements et d’abus sexuels contre des femmes et des filles, dont certaines auraient été brûlées vives dans leurs maisons.



Dans leur rapport publié mardi, des enquêteurs de la Mission des Nations unies au Soudan du Sud  (Minuss) dénonçaient des « violations des droits de l’homme généralisées », s'appuyant sur le témoignage de 115 victimes et témoins dans l'Etat septentrional d'Unité, un des plus touchés par la guerre civile. L'armée sud-soudanaise (SPLA) a lancé en avril une vaste offensive contre les forces rebelles emmenées par l’ex-président Riek Machar dans le département de Mayom, qui était une zone pétrolifère majeure avant d'être détruite dans les combats.

Mais le colonel Philip Aguer, porte-parole de l’armée du Soudan du Sud, a néanmoins des doutes sur la crédibilité du rapport onusien.

 

Nous avons des doutes sur la crédibilité des témoins cités dans le rapport, car ce sont des gens de l’opposition et du groupe rebelle de Riek Machar, et bien sûr ces gens diront toujours du mal du gouvernement et de l’armée. Cela dit, nous sommes favorables à une enquête conjointe avec l’ONU pour établir la vérité et si ces allégations concernant certains membres de l’armée sont confirmées, alors ils seront traduits devant un tribunal militaire.
Colonel Philip AguerPorte-parole de l’armée du Soudan du Sud06/07/2015 - par Nicolas ChampeauxÉcouter
 

 

 

Rfi.fr

Lundi 6 Juillet 2015 - 06:52



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter