"Le Tourisme a besoin du sang neuf pour éviter l'atrophie mentale des SG et président à vie", lance Youssou Ndour

La réunion de coordination de mercredi au ministère du Tourisme et des Loisirs a retenti jusqu’aux murs de l’Observateur tant le ton de Youssou Ndour est monté d’un cran pour rappeler qu’il n’est pas le ministre des hôtels et hôteliers encore moins le secrétaire d’une corporation, mais le patron d’un secteur : Le Tourisme et les Loisirs.



"Le Tourisme a besoin du sang neuf pour éviter l'atrophie mentale des SG et président à vie", lance Youssou Ndour
Youssou Ndour dans les colonnes du journal « L’Observateur », a rappelé que la politique nationale du Tourisme est déclinée par l’Etat, en concertation avec les acteurs du secteur.  Selon cette même source, il n’a pas attendu des masses pour donner un contenu Sénégalais à la concertation en l’appelant « Disso ». « Personne ne va m’apprendre le « Disso » et c’est ce qui existe dans mon département depuis mon arrivée ici», a martelé le ministre.

Youssou Ndour a estimé que "les instances de ces organisations vont gagner à se renouveler pour apporter du sang neuf afin d'éviter la péremption ou l’atrophie mentale des Secrétaires généraux et Président à vie". Pour finir, il demande aux acteurs du secteur et notamment à "certains de chercher le consensus et de travailler ensemble plutôt que de s’installer dans la division qui ne mène nulle part et ne rapporte rien au tourisme". L’exonération consentie par l’Etat du Sénégal qui a pris une décision souveraine sur l’application de la réciprocité du Visa hors zone CEDEAO, mérite des applaudissements du secteur, dit-il.


Jeudi 18 Juillet 2013 - 14:14




1.Posté par Maxime le 19/07/2013 07:50
Sauf que... le secteur concerné n'applaudit pas du tout !
Je reviens de Saly et de Dakar. Les hôtels sont vides, les supermarchés aussi.
Il y a du chômage technique dans beaucoups d'hôtels.
Le visa de réciprocité, tel qu'appliqué, est si compliqué qu'il en dissuade plus d'un. Mais le pire est à venir si le gouvernement ne revoit pas sa copie. En effet, en 2014, personne n'acceptera ni ne voudra vivre la galère du visa. Car, pour l'avoir, c'est vraiment la galère.
C'est la mort du tourisme au Sénégal.
De plus, mais je ne voudrais pas être trop hors sujet, sachez qu'au Consulat du Sénégal à Paris, ce sont surtout des Sénégalais de France, totalement désemparés que j'ai rencontrés.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter