Le budget du ministère de l’agriculture et de l’équipement rural passe comme lettre à la poste, et sans débat

Arrêté à la somme de 175 milliards 214 millions 423 000 de Fcfa, soit une hausse de plus de 9 milliards 578 millions de Fcfa en valeur absolue et 5,78% en valeur relative. Le budget du ministère de l’agriculture et de l’équipement rural dirigé par le Professeur Papa Abdoulaye Seck a été voté à l’unanimité et sans débat par les députés ce matin. Le passage éclair du Professeur Papa Abdoulaye Seck a été présidé par le vice-président de l’Assemblée nationale Moustapha Cissé Lô, en présence du ministre délégué en charge du budget Birima Mangara.



C’est comme qui dirait que les collègues du député Moustapha Cissé Lô se sont passés le mot pour décerner un satisfécit interdit de tout commentaire et débat sur le budget du ministre de l’Agriculture et de l’équipement rural dirigé par  Papa Abdoulaye Seck. En effet, les parlementaires ont voté à l’unanimité le budget du ministère de l’Agriculture  et de l’équipement rural.
 En séance plénière ce matin les représentants du peuple ont adopté le budget du ministère de l’Agriculture et de l’équipement rural sans poser le débat sur les ressources allouées au ce secteur qui emploie 60%, de la population.
Toutefois lors de son  passage devant la Commission des finances, les députés ont félicité le ministre Papa Abdoulaye Seck sur les efforts consentis pour la réussite de cette présente campagne agricole avec 1millions de tonnes obtenus. Les collègues de Moustapha Cissé Lô ont décerné une bonne note au ministre de l’agriculture et de l’équipement rural notamment sur la mise à temps des intrants agricoles destinés aux paysans, ce qui a permis d’avoir une bonne campagne et de bons rendements.

Les députés se sont réjouis également,  de la volonté  du ministre de faire en sorte que le riz soit cultivé sur l’ensemble du territoire car cela pourrait lutter contre l’exode rural.  Face à la Commission des finances, les commissaires ont invité le Pr Papa Abdoulaye Seck a assisté les structures qui gravitent autour de l’agriculture a mieux encadrer les agriculteurs dont la Caisse nationale de crédit agricole du Sénégal (CNCAS), a soutenir les paysans surtout entre la période de récolte de celle de la vente pour qu’ils aient la possibilité de bien préparer la saison à venir.
Sur la situation la Suneor, les députés ont invité le ministre à veiller à la relance des activités de cette société et à ce que les intérêts des travailleurs soient préservés par le prochain repreneur. Pour ce qui est les matériels agricoles, les députés ont souhaité la formation des bénéficiaires pour un  meilleur entretien et une bonne maintenance de ces outils de travail. S’agissant de la filière horticole les députés ont demandé au Pr Papa Abdoulaye Seck a accordé plus de moyens et que des solutions appropriées soient  apportées aux problèmes de conservation  des produits cela afin d’éviter les baisses de prix préjudiciables aux producteurs.

Prenant la parole à la suite des commissaires, le ministre Papa Abdoulaye Seck  a rappelé aux députés que « La culture du riz est bien possible sur l’étendue du territoire national, cela grâce au développement de la riziculture de plateau et de la riziculture de bas-fonds avec les nouvelles variètés mises au point par Africa Rice », a déclaré le ministre. Le ministre s'est aussi félicité de la hausse de son budget de plus de 9 milliards;  mais aussi le bon rendement agricole de cette campagne avec 1millions de tonnes, ce qui a permis de vendre à l'extérieur prés de 15O mille tonnes. Sur les  pertes post-récoltes, le Pr Seck, a reconnu la nécessité de trouver des solutions idoines afin de mieux rentabiliser les rendements  car ces pertes sont estimées entre 20 à  40% de la production rizicole. Pour la question de l’agrobusiness,  Papa Abdoulaye Seck trouve qu’il est tout à fait possible de combiner  l’agriculture familiale et l’agrobusiness. Selon le Pr Seck « Les objectifs d’une sécurité alimentaire et nutritionnelle ne peut être atteint qu’avec des exploitations familiales fortes, mais aussi qui ne saurait exclure l’agrobusiness », renseigne le ministre.

Evoquant, la question de l’accès des femmes aux facteurs de production, le ministre a fait savoir que toutes les dispositions sont prises pour prendre en compte les préoccupations de cette frange importante,  non sans ajouter qu’une réflexion est en cours pour  corriger les disparités constatées à l’égard des femmes.
Le ministre de l’Agriculture a conclu ses observations sur la bonne option du Sénégal qui consacre 10% de son budget au secteur agricole, ce qui le classe à la  9éme sur les 15 pays qui composent la CEDEAO.

Khadim FALL

Mercredi 9 Décembre 2015 - 11:38




1.Posté par fatima massage le 09/12/2015 12:59
envi d un bon massage pour mieux vs detendre decouvrez notre illustre cabinet de massage fatima vs propose different type de massage et plein de surprise une equipe de jeune fille tres professionelle vs acceuille ds un cadre bien equipe en tte discretion ctact 77 776 36 53 77 181 81 33

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter