"Le compte de Singapour existe, c'est une réalité", Papa Alboury Ndao



Mes El Hadji Diouf, Samba Ametti, Ndéné Ndiaye encerclent leur client qui n’est autre que l’auteur du fameux compte des 47 milliards de F CFA de Monaco. Ce, dans le cadre de l’affaire Karim. Wade-fils qui n’avait pas manqué de porter plainte contre Papa Alboury Ndao. Après un long feuilleton judiciaire, le tribunal correctionnel a rendu son verdict jeudi dernier par la relaxe de l’expert-comptable qui est plus que jamais tiré à quatre épingles: chemise blanche, costume-cravate sombres et lunettes. Me El Hadji Diouf ouvre les débats à un peu moins de 16h30. Ce, pour dire que, "malgré les tentatives d’intimidation", «l’heure de vérité a sonné ». Cédant la parole à son client, ce dernier rend d’abord Grâce à Dieu. "Je persiste et signe que le compte de Singapour existe, c'est une réalité", campe par la suite, Papa Alboury Ndao. 


A ce propos, répète l’expert-comptable : «Nous avons des équipes qui ont été localisés dans des endroits géographiques définis ayant compétence en la matière…, une des équipes a trouvé le compte de Singapour ». Rapport qu’il a transmis à son mandat, assène ce dernier en assurant que dans cette affaire, la défense de Karim en l’attaquant en justice, « a voulu lui demander des choses qui ne sont pas de (sa) compétence ». Selon lui, «ces gens sont animés d’une volonté manifeste de jeter le discrédit sur (sa) personne, sur les auxiliaires de justice qui aident les juges pour une meilleure administration de la justice". Et "il faut que cela cesse », campe l’expert-comptable de préciser au camp adverse qu’ « ils ne lui font pas peur ».


Au contraire dit-il: «Leur démarche me renforce dans ma détermination pour traquer ces délinquants financiers », tranche l’ancien administrateur provisoire de la société Dubaï Port World (DPW). Selon lui, c’est le «Droit » qui «a été dit » dans cette affaire alors qu’ «on (l)’a traité de menteur».  Me El Hadji Diouf renforce son client. « On n’a voulu déplacer le centre d’intérêt, l’affaire Karim vers un certain Alboury Ndao. C’est une technique, une tactique voire une stratégie de défense adoptée par des gens qui ont travaillé dans un laboratoire de manipulation de l’opinion sénégalaise », s’insurge la robe noire. 


Le conseil d'indiquer que «le devoir, le rôle, la mission d’Alboury Ndao consistait uniquement à détecter des fonds placés par Karim Wade" et "c’est ce qu’il a fait », l’avocat de s’exclamer: «Pourquoi tirer à boulets rouges sur lui, le considérer comme un faussaire». Dans ce cas de figure, assène-t-il la défense « n’a obtenu que ce qu’elle mérite, Karim débouté et la relaxe pour Alboury  Ndao ». Et martèle Me El Hadji Diouf: Singapour refuse de collaborer" et "ne répond toujours pas à la commission rogatoire du Sénégal". Ce, "pour protéger son économie". 

 


Mercredi 3 Juin 2015 - 16:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter