Le cri du cœur du fils d’Aïda Ndiongue: Attention au 23 mars

Ce 23 mars, date du délibéré du procès du siècle à savoir la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI) contre Karim Wade polarise toutes les attentions. Mohamed Tamsir Dramé qui n’est autre que le fils d’Aïda Ndiongue, responsable libérale dans les liens de la détention depuis décembre 2013, sent le pire. Tirant sur la sonnette d’alarme, il met les magistrats de cette Cour face à leurs responsabilités. Selon lui, ce 23 mars, c’est une « fracture sociale » qui pèse sur le pays. Il se prononce en marge du procès de sa mère devant le juge du Tribunal correctionnel, ce mardi.



Mohamed Tamsir Dramé est au téléphone de Pressafrik.com. Réagissant sur la situation du pays, il dresse un bilan « critique » avec « tous ces procès qui sont en cours », selon ses propres termes. L’étudiant en Droit ne mâche pas ses mots. Selon lui, il s’agit d’une «chasse aux sorcières des anciens dignitaires du régime de Wade ». « Le pays a besoin d’un programme pour trouver une solution aux problèmes que rencontrent les populations au lieu de tout centraliser sur la justice et de vouloir régler des comptes personnels », prône-t-il.  Mohamed Tamsir Dramé persiste et signe : «Ce sont des règlements de comptes ».


«Et on voudrait bien que le peuple Sénégalais soit épargné de ce règlement », lance-t-il. Car, s’agissant du 23 mars, c’est un risque de « fracture sociale » qui pend au nez des Sénégalais », alerte le fils d’Aïda Ndiongue. «Ce pays est divisé en deux », sert ce dernier qui ne manque pas de préciser que « la situation du pays est telle qu’il y a des pro-Karim et des anti-Karim ». Qualifiant la CREI d’instrument politique, Mohamed Tamsir Dramé d’indiquer que ce 23 mars est un tournant dans notre Démocratie. Ce, d’autant plus que beaucoup estime que « Karim est un otage politique », à l’instar d’Aïda Ndiongue et Cie.


Se prononçant en marge du procès de sa mère ce 17 mars face au juge du Tribunal correctionnel, l’étudiant est dans la salle 3 du palais de Justice de Dakar. Ce, «pour apporter tout le soutien nécessaire à cette femme courageuse, qui a travaillé, tout gagné à la sueur de son front ». Mais qui est « aujourd’hui victime d’un jeu politique ». Mais « Dieu est Grand », clôt-il.
De la justice sénégalaise, il n’attend qu’une seule chose : «Que le juge rende un jugement impartial ».
 


Mardi 17 Mars 2015 - 12:37



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter