Le feu couve à l'AFP: Moustapha Niasse accusé d'avoir abandonné le parti au profit de ses nouvelles fonctions étatiques



Le feu couve à l'AFP: Moustapha Niasse accusé d'avoir abandonné le parti au profit de ses nouvelles fonctions étatiques
L'Alliance des Forces du Progrès (AFP) agonise. Le parti de Moustapha Niass ne semble exister que de nom. Il ne fonctionne presque plus. Depuis plus de dix (10) mois le bureau politique ne s'est pas réuni. « Notre dernière réunion de bureau politique remonte au mois de juin 2013. Depuis lors, nous ne nous sommes pas réunis », déplore un haut responsable. 

Pourtant, l'AFP tenait régulièrement des réunions de bureau politique à l'issue desquelles Moustapha Niasse et ses camarades produisaient des communiqués pour donner leurs opinions sur la marche du pays. Aujourd'hui, la réalité est tout autre. Il est rare de voir un communiqué de l'AFP. À la place, c'est un groupe restreint de responsables, qui se réunissent une fois par semaine pour discuter des questions d'actualité. Ou plutôt pour élaborer des stratégies de défense de Macky Sall et son régime. Le travail du comité consultatif mis en place par Moustapha Niasse pour discuter des questions d'actualité n'est pas accepté par tout le parti. Certains responsables contestent la structure qu'ils jugent illégitime, du fait que les textes du parti n'intègrent pas une telle structure. 

Des informations recueillies de cadres du parti, le numero 2, Malick Gackou, serait le premier à remettre en cause la légitimité de ce comité consultatif. La preuve, l'ancien ministre du commerce ne participe plus aux réunions convoquées par ce comité consultatif.

D'ailleurs, Malick Gackou n'est pas le seul a déserté les réunions restreintes de l'AFP, même si son absence est la plus remarquée. « La léthargie est réelle au sein de l'AFP, elle est là, constatée et déplorée par tous les militants », regrette le haut responsable. Au niveau national, c'est la léthargie totale qui a fini par créer deux camps, un groupe qui défend l'alternance générationnelle proche de Gackou et un autre favorable au comportement de Moustapha Niasse. « 95 % des militants de l'AFP ne sont pas d'accord avec la conduite de leur leader, qui s'accroche au Benno Bokk Yaakaar (BBY) en sacrifiant sa formation politique » révèlent des responsables d'après qui, une rébellion est même en gestation au sein de la formation politique. Déjà, à la veille du Magal, lors d'une rencontre au siège de l'AFP, des voix s'étaient levées pour fustiger la léthargie. De ce fait, le parti de Moustapha Niasse n'a pas envoyé une délégation lors du Magal comme il avait l'habitude de l'habitude de le faire, livre le journal "l'observateur". Colonnes dans lesquelles, le porte-parole de l'AFP, Dr Malick Diop précise.

« Il y a beaucoup de rumeurs sur le fonctionnement d'un parti ». Il poursuit en soutenant qu'effectivement, « le bureau politique est une structure qui fait les grandes orientations du parti au niveau national. Donc, il s'agit d'un travail de base, on n'a pas besoin de réunion tous les mois d'un bureau politique ». Selon M. Diop, « aujourd'hui, le parti qui fonctionne le mieux à la base, c'est l'Afp » qui "est parti où toutes les structures à la base se réunissent de manière permanantes. A la mi-janvier les départements de Dakar, Rufisque, Guédiawaye et Pikine doivent tenir des assemblées générales, mais également des séminaires de formation sur la préparation des Locales. Le 1er février prochain, la région de Dakar se réunit en assemblée générale et en séminaire régional pour préparer les locales. C'est donc la même chose pour toutes les localités. Donc, nous avons un travail de base que nous sommes en train de faire ».

Donnant des nouvelles de son leader, le maire de la Fann-Point E-Amitié n'avait pas manqué d'assurer de l'état de forme du président de l'Assemblée nationale". "Le président Moustapha Niasse va très bien" sert-il en assurant de son retour sous peu au Sénégal, qu'il aurait uniquement quitté pour se reposer. Et non pour des raison de maladie. 

Comme la rumeur le dit depuis l'absence de Moustapha Niasse au magal de Touba. 
 


Samedi 4 Janvier 2014 - 13:23



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter