Le général Mokoko sur RFI: «les anti-balaka sont des ennemis»

La force africaine en Centrafrique (Misca) a ouvertement déclaré la guerre aux miliciens anti-balaka, après la nouvelle flambée de violences qui a fait près de vingt morts depuis samedi 22 mars, à Bangui. Lundi, un soldat congolais de la Misca a été tué dans une embuscade à Boali. La veille, dans la capitale, trois personnes de la Misca ont été blessées dans l'attaque de leur voiture. Interviewé par RFI, ce mercredi 26 mars, le général congolais Jean-Marie Michel Mokoko, chef de la Misca, a déclaré la guerre aux miliciens anti-balaka. « Désormais, nous considérons les anti-balaka comme des ennemis de la Misca. Et nous les traiterons en conséquence », a-t-il annoncé.



Lé général Jean-Marie Michel Mokoko, le 19 décembre 2013 à Bangui
Lé général Jean-Marie Michel Mokoko, le 19 décembre 2013 à Bangui
Nous ne cherchons pas à faire monter la tension, nous sommes venus ici pour les aider à recouvrer la paix, la restauration de l’autorité de l’Etat. C’est leur pays et si les anti-balaka estiment qu’ils constituent une force politique, qu’ils se tournent alors vers l’autorité nationale pour faire valoir leurs revendications
Général Jean-Marie Michel MokokoChef de la Misca, la force africaine en Centrafrique


Jeudi 27 Mars 2014 - 08:23



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter