Le gouvernement malien à la recherche de l’équipe du CICR

Un représentant du Mujao a revendiqué l'enlèvement des cinq personnes qui se déplaçaient samedi dans un véhicule du CICR, dans le nord Mali. Le gouvernement malien a condamné l'enlèvement et assure redoubler d'efforts pour retrouver les otages.



L’un des 7 check-point à l’entrée de Kidal, contrôlé par les casques bleus de la Minusma Claude Verlon / RFI
L’un des 7 check-point à l’entrée de Kidal, contrôlé par les casques bleus de la Minusma Claude Verlon / RFI

Le Comité international de la Croix-Rouge a pris note de la revendication du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), mais préfère procéder à des vérifications  avant de la confirmer.

Yoro Abdousalam a revendiqué l'enlèvement  au nom du Mujao lors d'un bref coup de fil à l'AFP, le temps de dire que les otages étaient en vie et en bonne santé. Abdousalam, présenté comme un important trafiquant de drogues et de stupéfiants, était chargé de la sécurité de Gao durant l'occupation de la ville par les jihadistes en 2012.

Le gouvernement malien assure avoir entrepris les actions nécessaires pour retrouver les cinq personnes à bord du véhicule siglé CICR. Des contingents tchadiens, nigériens et sénégalais de la Minusma qui patrouillent régulièrement le long de l'axe Gao-Kidal, sont particulièrement vigilants.

Le véhicule du CICR ne bénéficiait pas d'escorte samedi, en conformité avec la règle de stricte neutralité affichée par le comité. « Nous prévenons les autorités locales, la population, les groupes armés, pour leur expliquer qui nous sommes et ce que nous faisons, mais le risque zéro n'existe pas », a expliqué à RFI le porte-parole du CICR, Alexis Heeb. Il affirme que son organisation a décidé de maintenir ses opérations dans le nord du Mali, mais il admet à court terme une réduction des mouvements sur l'axe Gao-Kidal.

Source : Rfi.fr
 



Mercredi 12 Février 2014 - 10:24



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter