Le gouvernement malien joue aux chaises musicales

Le président malien Dioncounda Traoré a, sur proposition du Premier ministre, signé ce samedi 22 juin un décret portant sur le réaménagement de l'actuelle équipe gouvernementale, à quasiment un mois du premier tour de la présidentielle. La guerre et ses prolongements humanitaires ne sont pas étrangers à ces ajustements ministériels.



Le Premier ministre malien Diango Cissoko.
Le Premier ministre malien Diango Cissoko.

Pas de départ, pas de nouvelle entrée, mais des changements de portefeuilles. Le ministère de l’Economie et des finances et du budget change de dénomination. Il devient ministère de l’Economie et de l’action humanitaire.


Le Mali sort, on l’espère, d’une crise. La communauté internationale a mobilisé plus de trois milliards d’euros pour l’aider à en sortir. Une source officielle malienne explique qu'il était utile que le nouveau ministre de l’Economie, Mamadou Traoré, prenne en main le département de l’action humanitaire.


Un nouveau ministère des Finances a été créé. Son titulaire est l’ancien ministre du Commerce et de l’industrie, portefeuille désormais confié à Tiénan Coulibaly, ministre de l’Economie et des finances dans l’ancienne équipe.


Maître Demba Traoré prend quant à lui du galon. Ce jeune loup, qui tenait jusqu’à présent les rênes du département des Maliens de l’extérieur et de l’intégration, devient ministre du Travail et de la fonction publique, et chargé des relations avec les institutions. Son ancien maroquin revient à l’ex-titulaire du ministère délégué au Budget, désormais supprimé.


Mais les explications et les assurances du gouvernement ne convainquent pas tout le monde, et certains à Bamako continuent à s’interroger. Un tel réaménagement ministériel était-il nécessaire à 34 jours du premier tour de l’élection présidentielle ?


Rfi

Dimanche 23 Juin 2013 - 18:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter