Le gouvernement suspend les SMS en Centrafrique

L’utilisation des textos est « suspendue jusqu’à nouvel ordre » en Centrafrique. Une décision qui intervient après un appel à la grève générale pour ce jeudi, lancée par SMS.



Le Premier ministre centrafricain, André Nzapayeke, ici en janvier 2014 à Bangui, a demandé la suspension des SMS jusqu'à nouvel ordre. AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO
Le Premier ministre centrafricain, André Nzapayeke, ici en janvier 2014 à Bangui, a demandé la suspension des SMS jusqu'à nouvel ordre. AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO

« SMS interdit ». C’est le message qui s’affiche depuis hier matin sur les téléphones portables centrafricains, quand l’utilisateur tente d’envoyer un texto. Le ministère des Postes et des Télécommunications a en effet décidé de suspendre l’utilisation des SMS en Centrafrique jusqu’à nouvel ordre « afin de contribuer à la restauration de la sécurité sur toute l’étendue du territoire », explique-t-il dans une lettre adressée aux directeurs généraux des entreprises de téléphonie mobile.

Cette décision a été « prise sur instruction du Premier ministre » André Nzapayéké, précise la lettre. Elle intervient alors que circulait depuis quelques jours sur les réseaux téléphoniques un SMS appelant à une opération « ville morte », ce jeudi, lancée par un collectif qui se dit apolitique baptisé « Centrafrique lève-toi ».


Dépêche

Mercredi 4 Juin 2014 - 09:36



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter