Le gouverneur de la BCEAO invite les chercheurs à s'investir pour le développement de l’Afrique



« Nous sommes convaincus que dotés de ressources adéquates, les jeunes chercheurs africains, plus que ceux des autres régions du monde, sont à même de concevoir des outils appropriés et de trouver des solutions aux problèmes qui interpellent l’Afrique». Le gouverneur de la banque centrale, Jean Baptiste Compaoré a ainsi invité les chercheurs à s’investir pour le développement du continent. En effet, "le prix Abdoulaye Fadiga qui vient d’être lancé s’inscrit dans le cadre de la consolidation de la coopération entre la banque centrale et les universités et centres de recherche, en vu de la prise en charge des défis du développement économique et social qui interpellent l’ensemble de nos pays" a-t-il précisé. En effet, le lien entre la recherche et le développement n’est plus à démonter depuis les travaux de Scumpeter centrés sur l’innovation qui, selon lui,, joue un rôle moteur dans l’économie et permet d’entretenir la croissance à long terme. Le prix Abdoulaye Fadiga est instauré pour encourager la recherche économique dans les pays membres de l’Union Economique Ouest Africaine (UEMOA).

Le prix vise à contribuer à une augmentation significative de la production scientifique au sein de l’union et à renforcer l’émergence de travaux de recherche de qualité. Le gouverneur a invité les candidats a axé leur réflexion sur les thématiques qui paraissent importantes et actuelles pour les pays de l’union. Il s’agit des thématiques relatives à l’objectif de stabilité des prix dans les pays de l’UEMOA, au développement du secteur financier dans l’UEMOA et à l’accélération de la croissance économique dans les pays membres de l‘union.

Cette troisième édition, selon le directeur de la recherche et de a statistique, Sogué Diarisso, tient compte du bilan des deux précédentes éditions et intègre certaines innovations visant le renforcement de la crédibilité du processus de sélection des lauréats, ainsi que la révision du règlement intérieur du prix.

D’une valeur de 10 millions FCFA, la récompense a été portée spécialement à 15 millions pour l’édition 2012 car coïncidant avec la célébration du cinquantenaire de la banque en 2012. Le prix qui est au nom du premier gouverneur de la banque met en compétition tous les deux ans les chercheurs ressortissants des pays membres de l’UEMOA.

Marième FAYE

Jeudi 24 Février 2011 - 12:56



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter