Le groupe EI revendique l'attaque contre deux policières en Belgique

C'est par son organe de propagande habituel Amaq que le groupe Etat islamique a revendiqué ce dimanche l'attaque à la machette, la veille, dans un commissariat de Charleroi en Belgique. Deux policières ont été blessées. L'agresseur, un Algérien de 33 ans, avait crié « Allah Akbar » avant de s'en prendre aux deux femmes. Il était connu pour des infractions de droit commun et séjournait en Belgique depuis 2012, a indiqué le parquet. Une enquête pour « tentative d'assassinat terroriste » a été ouverte.



Le groupe EI revendique l'attaque contre deux policières en Belgique
C’est bien la piste terroriste qui est suivie compte tenu des premiers éléments de l’enquête et des mots que l'assaillant a prononcés lors de l'attaque à la machette. « La piste terroriste est la piste qui fait l’objet de l’analyse actuellement », a déclaré Charles Michel.

Le suspect était connu de la police « pour des infractions de droit commun, mais pas pour des faits de terrorisme », indique le parquet fédéral belge. Un communiqué du parquet donne ses initiales, K.B., l'individu séjournait en Belgique depuis 2012.

L'organisation terroriste Etat islamique a revendiqué l'attaque à la machette : « C'est un soldat de l'EI qui a mené cette opération », écrit l'organe de propagande de l'organisation jihadiste.
Deux perquisitions ont pour l'instant été effectuées dans l'arrondissement de Charleroi dont une au domicile de l'assaillant. Il ne portait aucun document d'identité ni téléphone portable sur lui, samedi lors de l'attaque.

« Nous gardons la tête froide »

Le Premier ministre a salué à plusieurs reprises le courage des policières. « La police de Charleroi a fait ce qu'il fallait et a sans doute évité une tragédie qui aurait pu être encore plus grande », dit-il.

Les mesures de sécurité envers les policiers ont été renforcées depuis samedi, indique Charles Michel, sans donner plus de détails. « En permanence, le centre de crise, les services de police et la défense nous regardons comment on peut adapter les mesures pour tenter de faire en sorte qu’il y ait un niveau de sécurité le plus satisfaisant possible tout en répétant que cent pour cent de sécurité absolue ça n’existe pas, malheureusement. »

Des syndicats de policiers ont demandé l'extension du port d'armes 24h sur 24 pour ces derniers. Des réunions entre le gouvernement et les syndicats vont avoir lieu pour en parler. « Nous gardons la tête froide » a ajouté Charles Michel. La Belgique reste en alerte terroriste de niveau 3 sur 4.

rfi.fr

Ousmane Demba Kane

Dimanche 7 Août 2016 - 16:35



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter