Le ministre Ali El Haïdar rappelle l’urgence à arrêter les feux de brousse

Le Sénégal est confronté à un besoin urgent de protéger son environnement qui enregistre quelque 1000 feux de brousse par an, a relevé jeudi soir, le nouveau sénégalais ministre de l’Ecologie et de la Protection de la nature, Ali El Haïdar.



Le ministre Ali El Haïdar rappelle l’urgence à arrêter les feux de brousse

‘’C’est un impératif d’arrêter ces dégâts extrêmement nocifs pour notre économie’’, a-t-il dit lors d’une exposition de photos et vidéo à l’Institut Français de Dakar, à l’initiative de la Fondation internationale du Banc d’Arguin (FIBA).

Selon le ministre de l’Ecologie et de la Protection de la nature, le feu détruit la matière forestière qui est une richesse qui représente la nourriture du bétail, du bois, la biodiversité.

A cet effet, M. Haïdar a annoncé ‘’la remise selle de tous les programmes de reboisement au Sénégal en urgence et la restauration de la mangrove qui est importante pour l’écosystème marin et terrestre’’.

‘’Quand la mangrove est saine, les champs de riz sont productifs et la forêt attire la pluie, parce qu’(il est) en lien étroit avec l’écosystème’’, a dit M. Haïdar, précisant que les ressources naturelles sont la base de l’économie locale.

L’exposition intitulée ‘’Paysages et scènes de vie’’ du photographe/vidéaste François Nimal, qui se tient jusqu’au 18 avril, invite à une promenade au cœur de trois sites d’Air marine protégé (AMP) de la côte sénégalaise.

Il s’agit de l’AMP du Bamboung dans le Delta du Sine-Saloum, l’AMP du patrimoine communautaire de Mangagoulak et la future AMP de la Pointe Saint-Georges en Casamance.

Cette exposition livre l’importance du rôle des AMP pour la préservation de la biodiversité et l’exploitation durable des ressources naturelles par les populations locales dans le respect de leurs traditions.

A ce sujet, la directrice générale de la FIBA, Sylvie Goyet, a fait savoir que le Sénégal regorge d’une douzaine d’AMP qui demandent un encouragement dans leur gestion.

‘’Il faut renforcer et encourager, la participation des communautés qui vivent dans ces AMP dans le développement et la gestion’’, a laissé entendre la DG de la FIBA.

Elle recommande aussi aux acteurs du secteur d’aller plus loin en haute mer, vers ces sites qui sont au-delà des côtes sénégalaises, mais qui sont intimement liées aux AMP.

APS



Vendredi 6 Avril 2012 - 13:31




1.Posté par Khalil fawaz le 06/04/2012 15:31
On n'a le meilleur ministre pour l'enverenement
Félicitation haidar

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter