Le ministre des élections accuse la mission d’observation électorale de l’UE d’ingérence et menace

L’évaluation de la mission d’observation électorale de l’Union Européenne (UE) qui a relevé des réussites mais aussi des failles dans le déroulement du premier tour du scrutin présidentiel n’a pas été du goût du ministre sénégalais chargé des élections. Furieux, Cheikh Guèye a ouvert à la mission d’observation, une lettre dans laquelle il accuse l’organisation d’abus et d’ingérence.



Le ministre des élections accuse la mission d’observation électorale de l’UE d’ingérence et menace
Lors d’une conférence de presse tenue mardi dernier par la mission d’observation électorale de l’UE, le chef de ma mission, Thijs Berman avait fait état de bon nombre de manquements sur le déroulement du processus électoral  au premier tour du scrutin. En effet, le retard noté dans la publication des résultats, l’ouverture tardive de certains bureaux de vote, la qualité du fichier électoral, la distribution des cartes d’électeur, la vérification sur l’encre…constituent entre autres les failles relevées par M. Berman qui malgré tout, a tenu à remercier la CENA et le ministère des élections même, pour la réussite dans l’ensemble de la tenue du vote.
 
Des reproches qui toutefois n’ont pas plu au ministre chargé des élections qui n’a pas hésité à ouvrir une lettre pour faire part de son indignation par rapport à la position de l’Union Européenne. Cheikh Guèye conçoit ce bilan dressé par la mission d’observation électorale de l’UE comme une sorte d’ingérence qu’il dénonce avec rigueur. Sur les ondes de RFI, le ministre chargé des élections a fait savoir que la collaboration pourrait même être rompue avec l’UE pour le second tour du scrutin.
 
 


Vendredi 2 Mars 2012 - 11:11



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter