Le monde rural crie sa détresse: il convoque les assises de la riziculture fluviale



A Thiès, à Mbour et Tivaoune, on peine à assurer un repas par jour. Le retard des pluies est passé par là. Les ménages souffrent et sont plongés dans une misère endémique. Pour assister à ces pauvres gens, un programme d’assistance alimentaire est mis en œuvre dans cette région de Thiès. Plus 2540 tonnes de vivres de soudure seront distribuées dans les maisons. Le département de  Mbour recevra  1152 tonnes de riz, Thiès,  785 tonnes et Tivaouane, 602 tonnes. «La distribution n’est pas encore faite. Mais c’est imminent. On est en train de mettre en place un dispositif de distribution", souligne amadou Gueye, Inspecteur régional du commissariat à la sécurité alimentaire. Pour ce qui est du bétail, à l’instar de ce qui se fait chez les humains, l’Etat a mis en place des quotas d’aliment de bétail.


La région de Thiès bénéficie globalement 450 tonnes d’aliments de bétail. En effet à Kaolack aussi la situation reste la même 1305 tonnes de riz seront départagés dans les familles. Le département de Nioro recevra 381 tonnes de riz, Nguinguineo 401 tonnes et Kaolack recevra à son tour 523 tonnes indique Alioune Thiam inspecteur régional a la sécurité alimentaire. De l’avis du président des éleveurs, Kalidou BA, les éleveurs ont déjà reçu 200 tonnes d’aliments de bétail et attendent une autre dotation. Dans la région de Casamance, on note toujours une inquiétude, raison pour laquelle, la population réclame des assises sur la riziculture fluviale.


Selon le président de la communauté paysanne a Ziguinchor Abdou Aziz Badji   « beaucoup de zones attendent toujours des vivres de soudure…on note un retard dans l’installation des activités agricoles…le riz constitue ; essentiellement en Casamance, la culture de subsistance » dit il. 


Samedi 23 Août 2014 - 12:15



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter