Le moteur de la CREI s'est grippé avec le limogeage d'Alioune Ndao



L'histoire de la CREI avec l'agitation qui l'a secouée depuis sa création et ses rebondissements, ces temps derniers, au parfum de petits scandales financiers deviennent les syndromes d'un banditisme d'Etat qui était en train de s'installer dans notre pays. Voici maintenant son modus operandi.

Le cœur du mécanisme était la CREI avec ses pouvoirs exorbitants semblables à celui qu'avaient les monarques de l'ANCIEN Régime français d'user de lettres de cachet, simple ordre d’arrêter une personne et de l'embastiller sans la moindre justification.
Dans la suite nous ferons la distinction entre le Palais qui est la Résidence du Président de la République et la Présidence qui désigne ses bureaux. Lorsqu'on parle de Palais on pense au domaine où règne La Reine, excusez-moi, la Présidente.


L'un des bras de l'hydre est une équipe solidement ancrée au Palais, ceux qui ont ouverture au Palais et ont l'oreille de la Présidente ont un grand pouvoir. Ils sont conseillers membres du Cabinet du Président. ministres rattachés au Secrétariat Général de la Présidence de la République ou ministres tout court, genre larbins qui cherchent à plaire à la Présidente. Ils  travaillent en bonne intelligence et de connivence avec le Palais, entendez la Présidente qui, comme on le sait ne crache pas sur l'argent. Elle ne se demande pas d'où il vient. On dit qu'elle préfère du liquide. Que voulez- vous, ça ne laisse pas de traces. On bourre tout simplement les coffres de la cave.
Le Président est piloté sans en être conscient.
L'équipe manipule les ministres, surtout celui des Finances qui n'est pas toujours dans le coup.



Son collègue le Ministre de la Justice  n'a pas dans ce schéma une grande place. Il est simplement aux Ordres. Il reçoit des instructions "de la Présidence" sans autres  précisions, sans que l'on puisse savoir si l'orde émane du Président ou non.  Celui-ci, bien souvent, au lieu d'une sérieuse information qui lui aurait permis de connaître les tenants et les aboutissants des décisions qu'on lui fait prendre, c'est à dire les enjeux, se contente de quelques mots vagues; on le met simplement au parfum de façon à ce qu'il puisse éventuellement répondre : "j'en ai entendu parler". Le Président ne prend donc pas toutes les décisions. Il suffit aux manipulateurs de la Présidence de téléphoner, voire convoquer le Ministre des Finances par exemple et de lui dire que "le Président souhaite ceci ou cela". Cela suffit pour que le Ministre reparte "ventre à terre" et s'exécute, heureux de sa conviction d'avoir rendu service au Président.

L'autre bras c'est le Ministère des Finances. Il est dans toutes les sauces. Il contresigne tout et est heureux de le faire. Pour lui, c'est la preuve de la dimension de son importance.


Ces trois centres sont bien coordonnés pour piller l'Etat et les particuliers. La bande place ses hommes ou ceux qu'elle recrute selon les besoins et en fait des opérateurs bien placés qui pillent légalement et on partage.
Avec cette machine, vous allez comprendre des événements qui se sont passés récemment dans notre pays et se poursuivent actuellement. Vous comprendrez pourquoi, en fait, Macky est un homme encerclé et enfermé par de véritables truands installés au cœur de la République.


 
1. L'affaire Dakar Port
Papa Alboury Ndao se prévaut d'être un vieil ami des Sall, des familiers mêmes. La Présidente le place au cœur de Dakar Port, au cœur du fromage. On le surnomme "L’Émir de Dp World" avec un salaire de 21,8 millions. Tous les journaux ont titré sur l'indignation exprimée par Macky lorsqu'il a appris que l'ami de sa femme s'était si mal comporté. Puis on range l'affaire dans le tiroir de l'oubli. Encore cette petite anecdote pour Papa Alioune Ndao. Macky lui demande de voir avec les documents de DP World qui sont maintenant sous sa  main, s'il n y aurait pas de preuves contre Karim, virements, chèques, sociétés dans les paradis fiscaux. Il voyage 45 jours dans le monde, tous frais payés, avion première classe, beaux hôtels.


Le plus beau c'est qu'il fait un rapport d'audit, d'enquêtes et expertises et conclut "recherches infructueuse". Il établit néanmoins  sa facture au tarif des Cabinets grands d'experts et la se fait payer sans difficultés par la comptabilité de l'entreprise, quelques 70 millions, dit-on.
Une technique éprouvée des truands consiste à placer les sociétés sous administration provisoire. La CREI en use largement. L'administrateur promu s'installe et installe son équipe, parents et amis. Il fixe son salaire lui même ainsi que ses avantages et n'oublie pas ceux qui l'ont placé là.


Dès lors vous comprendrez que la CREI n'est pas intéressée à connaître rapidement la vérité dans les affaires qu'elle traite. Le temps que prend l'affaire pour trouver une solution n'est pas son problème. Son seul souci est de faire durer les procès, per diem oblige car chaque jour ouvrable de la semaine, qu'il y ait séance publique ou non les juges perçoivent leurs per diem, quelques centaines de milliers de francs par jour. Dès lors l'intérêt de l'Administrateur est de mettre le désordre dans l'entreprise pour faire durer sa présence. Si, les autorités de Dubaï n'avaient pas menacé de saisir les tribunaux en Europe ainsi que la Banque Mondiale, les truands seraient encore aux Commandes à Dakar-Port.


2. Société Daport
C 'est la façade sénégalaise de l'Aéroport de Francfort, Allemagne, choisie par le Président Wade pour gérer AIDB au moment où sa gestion était convoitée par la France qui voulait mettre notre nouvel aéroport sous la tutelle de l'Aéroport Charles de Gaulle. Maître Wade bien inspiré, a choisi de diversifier la coopération internationale en introduisant l'Allemagne dans nos relations de proximité, ce que la France ne pardonne pas à Wade, entre autres, francophonie oblige.


3. Le patrimoine de Bibo Bourgi.
Alioune Ndao, bien qu'il ait l'air perpétuellement ahuri n'est pas fou. Le patrimoine de Bourgi vaut 64 milliards et il sait très bien qu'il ne peut pas l'attribuer à Karim en se couvrant de l'idée de prête-nom. Mais il aura créé la confusion et trouvé le justification de la mise en place d'un Administrateur provisoire. Bourgi n'a pas de grosses liquidités ? Qu'à cela ne tienne. L'Administrateur vendra un bien dans l'intérêt de la gestion. Il pourra facilement convaincre le Ministre de la Justice de la nécessité d'une administration provisoire. Le caractère mafieux apparaît clairement. Mr. Bourgi, toute sa vie a géré ses biens sans problème. ALioune Ndao va lui en créer pour faire gérer son patrimoine par Administrateur provisoire interposé. C'est génial, non ?


Bibo Bourgi comprend parfaitement que les truands se préparaient à mettre en pièce son patrimoine. Voilà pourquoi il a décidé de se défendre de toutes ses forces.
4. Les sociétés de Bibo Bourgi attribuées à Karim. Elles sont à cuire à la même sauce, sauf qu'ici certaines sociétés n'existent que de nom. Elles sont sans patrimoine propre ou presque en état de faillite. Celles qui tiennent debout ont eu le même traitement, Voici :


5. L'Aéroport AIDB
Laisser entendre que Fraport qui gère l'aéroport probablement le plus important du monde, qui l'a été en tout cas, ne pourra pas gérer notre petit aéroport, relativement, au point de l'encadrer par un Administrateur qui n 'a jamais exercé ce métier relève d'une audace périlleuse que seule explique l'ignorance et/ou la voracité.


Tel est le plan qui était mis en place pour s'enrichir légalement par la mise place d'administrateurs judiciaires à la tête de toutes les affaires.
Mais le moteur a patiné et s'est grippé avec le limogeage de M. Papa Alioune Ndao Procureur Spécial et son remplacement par Cheikh Tidiane Mara. Toue la question est de savoir si celui-ci provoquera la rupture de chaîne ou tentera, tout simplement de s'installer dans la fromage.
Tout ceci montre l'évolution dangereuse de l'institution qui est chargée de protéger les citoyens contre toutes les mafiosi, de protéger les Droits de l'Homme.


En tout cas M. Macky Sall a intérêt à nous lire et relire et à comprendre enfin dans quelle sauce il est en train d'être cuit par son entourage.
Pour l'instant j'en appelle à tous les démocrates pour soutenir Bourgi dans sa volonté de se battre ferment pour protéger son patrimoine convoité par la mafia qui s'installe progressivement au cœur de la République, singulièrement de l'appareil judiciaire.

Saint Juste

Vendredi 2 Janvier 2015 - 11:25



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter