Le nouveau pouvoir sénégalais envisage de juger prochainement Hissène Habré

Au Sénégal, le gouvernement a mis en place un groupe de travail pour suivre l’affaire Hissène Habré. L’ancien président tchadien, qui vit en exil au Sénégal depuis 1990, est notamment poursuivi pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Mais la tenue de son procès a été repoussée à plusieurs reprises. A travers ce groupe de travail, le gouvernement veut montrer sa volonté de mener ce dossier à son terme.



Le nouveau pouvoir sénégalais envisage de juger prochainement Hissène Habré
Ce groupe de travail est dirigé par Amadou Bâle, le directeur de cabinet du garde des Sceaux. A ses côtés figurent six responsables des ministères de la Justice et des Affaires étrangères.
Leur mission est de « réfléchir aux modalités d'organisation du procès d'Hissène Habré », selon les termes d’un communiqué diffusé samedi 2 juin par le ministère de la Justice. Le ministère veut ainsi montrer « sa ferme volonté de lutter contre toute forme d'impunité et ce dans le cadre d'un procès juste et équitable ».
« C’est un changement important : il y a désormais une volonté politique », commente une source proche du dossier. Car si l’Union africaine a mandaté, en 2006, le Sénégal de juger ou d’extrader Hissène Habré, le dossier est depuis resté bloqué.

Seulement, au-delà de cette volonté politique, plusieurs questions restent en suspend. Quelle forme prendra ce procès ? Le Sénégal va-t-il créer une juridiction ad hoc, comme le lui demande la Cour de justice de la Cédéao ?
Enfin, la justice sénégalaise doit encore se prononcer sur la demande d’extradition d’Hissène Habré vers la Belgique : en janvier dernier, la cour d’appel de Dakar l’avait rejetée pour vice de forme.

RFI


Dimanche 3 Juin 2012 - 11:55



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter