Le numéro deux du renseignement libyen enlevé

L'enlèvement de Moustafa Noah a eu lieu dimanche 18 novembre à Tripoli, alors que les habitants observent une grève générale pour dénoncer les heurts meurtriers des deux derniers jours. Ces heurts font craindre une escalade de la violence.



Le numéro deux du renseignement libyen enlevé

Le numéro deux des services de renseignement, Moustafa Noah, aurait été enlevé à l’aéroport de Tripoli alors qu’il rentrait d’un voyage à l’étranger. Aucun groupe n’a encore revendiqué cet enlèvement qui a lieu après deux jours d’affrontements meurtriers dans la capitale libyenne. Plusieurs personnalités politiques ont été enlevées cette année, notamment par des milices, pour faire pression sur des décisions politiques. Le Premier ministre lui-même avait été kidnappé par des hommes armés pendant quelques heures en octobre.
Le Premier ministre Ali Zeidan libéré quelques heures après son enlèvement à Tripoli
 

Multiplication des enlèvements de personnalités politiques

Depuis des semaines, le fils du ministre de la Défense est aux mains de ravisseurs qui n’ont émis aucune revendication. Un conseiller du gouvernement avait lui aussi été enlevé cette année. Ces enlèvements de personnalités politiques illustrent un peu plus la fragilité des autorités libyennes.
 

Dimanche soir, les rues de Tripoli étaient vides. Mais, de nombreux check-points d’hommes armés accompagnés de pick-ups montés de canons anti-aériens étaient encore visibles. Le conseil local de Misrata a, quant à lui, appelé dimanche soir les milices originaires de cette ville à y retourner. Il a aussi demandé aux députés et ministres de Misrata de quitter Tripoli en réaction aux récents affrontements.

 


Rfi.fr

Lundi 18 Novembre 2013 - 10:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter