Le patron du Front de Refus de la Citoyenneté (FRC) bande les muscles contre Macky Sall

Recevant des journalistes autour d’un « ndogou », le Président Macky Sall a indiqué que le Sénégal n’a jamais été aussi liquide que maintenant ». Un argument battu en brèche pour le Président du FRC, Omar Lô selon qui, « un Etat liquide ne gère pas sa trésorerie sur la base d’emprunts obligatoires et de décrets d’avance ».



Le patron du Front de Refus de la Citoyenneté (FRC) bande les muscles contre Macky Sall
Président du Front de Refus de la Citoyenneté, Omar Lô récuse formellement la description de la situation macro-économique du pays présenté par le président de la République, Macky Sall. A l’occasion d’un « ndogou », qu’il a offert au journaliste, samedi dernier, le chef de l’Etat a soutenu que « le Sénégal n’a jamais été aussi liquide que maintenant ».

Ce à quoi, le président du FRC qui n'est pas du tout d'accord, réplique, « un Etat liquide ne gère pas sa trésorerie sur la base d’emprunts obligatoires et de décrets d’avance ». Avant d’ajouter : « Macky Sall est équidistant du peuple et se trompe lourdement. Il est victime d’ivresse du pouvoir et de cécité socio-politique qui l’ont déconnecté des réalités du pays ».

Omar Lô d’ajouter : « non seulement vous (ndlr : Macky Sall) avez érigé le gré à gré en mode gestion avec violation fragrante de la règlementation sur la commande publique mais vous avez mis l’économie Sénégalaise en berne et les Sénégalais qui souffrent ne se retrouvent pas dans votre programme de « Yoonu Yokkuté », peste M. Lô puis non sans souligner sur les colonnes du journal "Libératio", « dans ce pays, seule la dynastie Faye-Sall et votre épouse Marème, véritable guichet autonomatique de billets de banque,  présidente de la Fondation se Servir et Servir les Sall (FSS), sont dans le confort et la jouissance et bénéficient de la liquidité dont vous faites allusion » tout en prédisant un avenir sombre pour le leader de l’Alliance Pour la République (APR), le président Sall.
  


Mardi 6 Août 2013 - 10:47



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter