Le pouvoir de régulation sociale au Sénégal: Wade inhibé par les chefs religieux



Le pouvoir de régulation sociale au Sénégal: Wade inhibé par les chefs religieux
A son retour à grande pompe à Dakar après près de deux ans d’absence du territoire national, l’ancien président de la République, Me Abdoulaye Wade a semblé chercher des alliances chez les guides religieux pour contrer ou vilipender son adversaire, Macky Sall. Nombreux sont les citoyens qui craignaient une sortie des religieux favorables au « Pape du Sopi ». Et cela pourrait entrainer une radicalisation du pouvoir. Mais ceux prédisaient un tel scénario ont vite déchanté. Partout où il est passé l’ancien président de la République a récolté un discours qui se résume en un seul mot : paix. « Il faut inscrire ton action dans la paix, la préservation de la cohésion nationale et dans le respect des Lois et règlements du pays », a lancé Serigne Sidy Mactar Mbacké, le khalife général des Mourides. A Tivaouane où il a été accueilli, le leader du Parti démocratique sénégalais a été invité à préserver la stabilité du pays.  Même son de cloche à Dakar chez le khalife général des Layennes et le Cardinal Théodore Adrien Sarr. Comme un refrain la paix a été chantée.

Ce comportement semble renforcer le pouvoir de régulation sociale des guides religieux. Leaders  d’opinion  respectés par les citoyens, les religieux ont  démontré qu’ils sont au service de tous les Sénégalais. Ils savent aussi que la stabilité du pays n’a pas de prix. La stratégie adoptée par les religieux n’est pas une grande première au Sénégal. Le défunt khalife général des Tidianes, Abdou Aziz Sy Dabakh ne cessait d’intervenir pour éteindre les conflits sociaux. Il accomplissait sa mission avec succès. Ses recommandations étaient prises en compte par l’opposition, les pouvoirs publics, mais surtout les citoyens.

L’appel à la paix des religieux a-t-il émoussé l’ardeur de l’ancien président ? En tout cas, Wade s’est emmuré dans un grand silence au lendemain de sa tournée chez les chefs religieux. Cette posture est en déphasage avec le discours va-en-guerre qu’il avait prononcé à son retour à Dakar.


Mercredi 7 Mai 2014 - 10:37



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter