Le président Obama favorable au mariage homosexuel, une première aux Etats-Unis

C’est une déclaration historique, aux Etats-Unis ! Barack Obama se prononce en faveur du mariage homosexuel, sur une chaîne de télévision américaine. C’est le premier président américain en exercice à adopter cette position. Un sujet très sensible, et donc un véritable coup de poker du chef de l'Etat, à six mois de la présidentielle, alors que son probable adversaire républicain, Mitt Romney, confirme son opposition à cette question.



Le président américain Barack Obama se déclare favorable au mariage gay, le 8 mai 2012. REUTERS/Larry Downing
Le président américain Barack Obama se déclare favorable au mariage gay, le 8 mai 2012. REUTERS/Larry Downing
Aucun chef de l’Etat américain, qu’il soit républicain ou démocrate, n’était allé aussi loin avant lui. Et c’est en fait le vice-président qui a mis le feu aux poudres, ce weekend. Dans une interview télévisée, Joe Biden s’est dit favorable, à titre personnel, au mariage gay. Depuis, les journalistes accrédités à la Maison Blanche ne semblaient avoir qu’une seule question en tête. Barack Obama partageait-il l’opinion de son vice-président ?

Le 8 mai, sur la chaîne de télévision ABC, le chef de l’Etat américain a finalement répondu :

« J'étais hésitant à propos du mariage gay, notamment parce que je pensais que les contrats d'union civile seraient suffisants, qu'ils conféreraient aux gens le droits aux visites à l'hôpital et toutes ces autres choses qui, pour nous, sont acquises et j'étais sensible au fait que, pour beaucoup, le mot "mariage" évoque des traditions très ancrées, des croyances religieuses, etc. Mais je dois dire que, depuis plusieurs années, en parlant à des amis, à ma famille, mes voisins, quand je pense aux membres de mon équipe qui sont totalement engagés dans leur relation homosexuelle, qui élèvent des enfants ensemble, quand je pense à tous ces soldats qui se battent pour moi mais qui se sentent prisonniers parce qu'ils ne peuvent pas s'engager dans un mariage... Alors à un moment, je me suis rendu compte qu'il était important, pour moi et à titre vraiment personnel, de dire que je pense que les couples homosexuels devraient pouvoir se marier ».

En pleine campagne présidentielle, la réplique de son adversaire républicain, Mitt Romney ne s’est pas fait attendre : « Je continue à penser ce que je pensais déjà lorsque j’étais gouverneur et que j’ai répété à plusieurs reprises. Je crois que le mariage est une relation entre un homme et une femme ».

Un coup de poker

Cela ne signifie pas que les Etats-Unis vont autoriser, globalement, le mariage homosexuel. Comme la peine de mort, ce n’est pas une question qui peut se régler sur le plan fédéral. Il appartient à chacun des cinquante Etats américains de décider de sa propre politique. A l’heure actuelle : 6 Etats + le district de Columbia ont adopté des lois autorisant le mariage gay. Le premier à le faire, c’était le Massachusetts en 2004, et le dernier, c’était New York, en juillet 2011.

A l’inverse, 28 autres Etats ont adopté, ces dernières années, des amendements à leur Constitution qui définissent le mariage comme une union « entre un homme et une femme », interdisant par là-même le mariage homosexuel. En prenant cette position, Barack Obama joue « un coup de poker » électoral, en quelque sorte. Une partie considérable de son électorat est a priori contre le mariage gay. Et parmi la population noire-américaine et hispanique, notamment, l’actuel président pourrait perdre des voix.

Mais la plupart des sondages indiquent qu’environ 50% de la population américaine est plutôt favorable au mariage gay. Et c’est surtout vrai chez les jeunes et chez les femmes. Deux catégories d’électeurs où l’actuel président sortant est mieux placé que son adversaire républicains, Mitt Romney. Les républicains qui vont très certainement tenter d’utiliser cette prise de position contre Barack Obama, dans la campagne présidentielle qui s’est ouverte la semaine dernière, et qui va durer jusqu’au mois de novembre.
Source: RFI


Jeudi 10 Mai 2012 - 09:02



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter