Le président Sall fixe la retraite à 60 ans et invite les travailleurs à augmenter leurs cotisations




Le successeur de Wade l’a dit pas plus tard que ce lundi en marge de l’ouverture de la première conférence sociale effective ce matin à l’hôtel King Fahd Palace. Une rencontre de deux (2) jours qui sera l’occasion de « discussions et d’échanges sur des problématiques majeures du monde du travail » selon le ministre de la Fonction publique, du Travail, du Dialogue social et des Organisations professionnelles, Mansour SY. Occasion que n’a par ailleurs pas ratée le président Sall pour annoncer l’institution prochaine d'un Haut Conseil du dialogue social. Ce, pour « renforcer le dialogue tripartite Etat, employeurs et travailleurs » en vue de « favoriser ainsi l’émergence économique ».
 

« Il nous faut mettre en place des mécanismes de suivi des accords, et surtout nous engager résolument dans la perspective de solutions durables des conflits récurrents. Il s’agit de concilier les demandes démocratiques des travailleurs et des populations en général et les exigences de productivité et de compétitivité des entreprises et le rôle de régulateur de l’Etat », déclare le chef de l’Etat qui demande au ministre Mansour SY d’ « impulser l’implantation de comités de dialogue social dans les entreprises pour favoriser la concertation et aux partenaires de donner un souffle nouveau à la négociation pour activer la convention collective nationale interprofessionnelle qui date de 1952 pour conclure des conventions collectives…Gage essentiel dans la transformation économique de notre pays », dit Macky Sall qui indique que « cette première conférence a pour vocation de s’inscrire comme un événement majeur de l’agenda social de notre pays ». Ainsi, répondant à l’appel des travailleurs, Macky Sall d’aligne la retraite à 60 ans.


Toutefois, «  à 55 ans, le travailleur, quel que soit le métier qu’il exerce, doit évoluer au sommet de la hiérarchie pour devenir conseiller, ou encadreur et non plus exercer un travail pénible » dit Macky Sall  appelle aussi « les travailleurs à augmenter leurs cotisations parce que » justifie-t-il, « on ne peut pas cotiser un minimum et vouloir à la retraite avoir une protection sociale ». Ce, d’autant plus que « c’est une épargne pour le travailleur de vivre décemment » avec l’accompagnement de l’Etat que promet le président de la République.


Dans l’agenda de la rencontre figurent trois table-rondes sur "Dialogue social et promotion du travail décent", "Défi de l’extension de la protection sociale" et "Quels chantiers prioritaires pour la relance de l’entreprise ? Les discussions devraient déboucher sur la signature d’un pacte entre les partenaires sociaux. 


Lundi 14 Avril 2014 - 17:38




1.Posté par un travailleur le 15/04/2014 02:00
OUI pour la retraite à 60 ans pour TOUS... ce qui veulent aller à 60 ans...
NON à l'augmentation des Cotisations
OUI à l'augmentation et à la Mentialisation des Pentions de Retraite
SOLUTION: Augmenter avec les Plus Valus de l'IPRESS et de la CSS après fusion... Ces deux institutions font énormément de Bénéfices sur le dos des Travailleurs, qui ont l'impressions que ces institutions optent, ou veulent qu'ils déperdissent et périssent, par cupidité pour faire plus de bénéfices... au lieu de reverser ces plus valus aux retraités, pour des pentions plus consistantes... Et à la place, les malhonètes travailleurs de ces deux institutions, avec la complicité des Syndicalistes corrompus et des DG qui veulent garder leur place, reçoivent des augmentations faramineuses de salaire, des terrains (tous les travailleurs de la CSS en ont), alors les femmes des maris décédés, les veuves, sont ponctionnées "des enfants majeurs" alors que c'est la cotisation de leur mari ... LES BENEFICES AU TRAVAILLEURS!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Beaucoup d'entreprises ne sont pas objectifs dans les avancements, c'est pourquoi, nous regrettons PA MADIA et réclamons au président, DES AVANCEMENTS GENERAUX COMME Mr le Président Abdou Diouf les faisait chaque année..

2.Posté par bien le 15/04/2014 02:07
les travailleurs de l'ipress et de la caisse font des pressions sur les DG pour se partager la manne financière de ces établissements... L'état doit veiller comme les syndicats sont incapables de défendre leurs biens

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter