Le président de l'Assemblée nationale française reçoit une lettre de menaces


Claude Bartolone, le président socialiste de l'Assemblée nationale, a reçu, ce lundi 22 avril 2013 une enveloppe contenant de la poudre de munitions ainsi qu'une lettre de menaces. Celle-ci, a indiqué l'entourage du dirigeant socialiste à l'AFP, met en demeure M. Bartolone « de surseoir au vote définitif de la loi sur le mariage pour tous ». Intervenue sur les lieux, la police a confirmé la présence de poudre de balle dans la missive.



Le président de l'Assemblée nationale française reçoit une lettre de menaces

 

Le courrier, reçu par Claude Bartolone, le président de l'Assemblée nationale française, serait signé d’un groupe se présentant comme « L’Interaction des forces de l’Ordre », une organisation qui avait déjà fait parler d’elle fin mars 2013 en envoyant au juge Jean- Michel  Gentil, une lettre de menaces accompagnée d’une cartouche à blanc. Le juge Gentil, rappelons-le, est le magistrat qui a mis en examen Nicolas Sarkozy dans le cadre de l’affaire Bettencourt.

Là, le procédé semble a priori similaire : un courrier de menaces de mort contenant de la poudre à munitions. Dans cette lettre d'une page, les auteurs demandent à Claude Bartolone de « surseoir au vote définitif de la loi sur le mariage pour tous », ce mardi 23 avril. « Le mariage pour tous équivaut à la suppression totale du mariage », y est-il également écrit. Et de conclure par des menaces : « Au cas où vous passeriez outre cet ultimatum, votre famille politique aura à en souffrir physiquement ».

Cette lettre va maintenant être minutieusement étudiée par les policiers. Une enquête préliminaire avait déjà été ouverte fin mars sur tous les courriers signés par cette organisation. Ce courrier démontre une nouvelle fois la radicalisation d'une partie du mouvement contre le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels.

Intimidations de députés, harcèlement de ministres... plusieurs groupuscules liés à l'extrême droite sont depuis quelques semaines très actifs. Ces pratiques factieuses ne cessent d'inquiéter en haut lieu.
Source: Rfi.fr



Lundi 22 Avril 2013 - 16:30



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter