Le prix Nobel de médecine 2016 décerné à Yoshinori Ohsumi pour ses travaux sur "l'autophagie"



Le prix Nobel de médecine 2016 décerné à Yoshinori Ohsumi pour ses travaux sur "l'autophagie"
SCIENCE - Le prix Nobel de médecine 2016 a été attribué au biologiste Yoshinori Ohsumi pour ses travaux sur le mécanisme "d'autophagie", a annoncé le comité Nobel lundi 3 octobre.

La macroautophagie, précise le comité dans un communiqué, est "un processus conservé par l'évolution où la cellule eucaryote recycle une partie de soi-même en emprisonnant une portion de son cytoplasme dans une vésicule à double membrane qui est délivrée à un lysosome pour la digestion".

Pas très clair? Le mot autophagie est dérivé du grec et signifie se manger soi-même. Une cannibalisation dans notre corps? En réalité, l'autophagie est surtout un phénomène de régulation, mais qui fonctionne effectivement via une sorte de "digestion" des éléments non-essentiels des cellules.

Ce processus est essentiel au renouvellement cellulaire. Nos cellules s'autodétruisent en s'enfermant dans des vésicules à double membrane avant d'être livrées aux lysosomes, organites ordinairement chargés de digérer et détruire déchets et bactéries.

Les recherches de Yoshinori Ohsumi sont cruciales afin de mieux comprendre le renouvellement des cellules et la réponse du corps à la faim et aux infections. "Les mutations des gènes de l'autophagie peuvent provoquer des maladies et le processus autophagique est impliqué dans plusieurs affections comme le cancer et les maladies neurologiques", a souligné le jury Nobel.

Son mauvais fonctionnement peut entraîner toutes sortes de maladies, dont celles dites "lysosomales", d'origine génétique, ou encore la maladie de Huntington, d'Alzheimer, de Crohn, des myopathies, etc.

Un concept découvert il y a 50 ans mais compris en 1990
Le concept d'autophagie est apparu dans les années 1960 lorsque les chercheurs ont observé pour la première fois la destruction par les cellules de leur propre substance en l'évacuant vers un "compartiment de recyclage" appelé lysosome, a expliqué l'Assemblée Nobel de l'Institut Karolinska, qui décerne le prix. Christian de Duve, biochimiste belge à l'origine de la découverte de ce mécanisme, a d'ailleurs reçu le prix Nobel en 1974.

huffingtonpost.fr

Lundi 3 Octobre 2016 - 12:25



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter