Le retour Wade occupe la une de la presse internationale



C’est finalement aujourd’hui que l’ancien président sénégalais doit arriver à Dakar. Retour « mouvementé », émaillé de « couacs en plein vol », souligne Le Quotidien à Dakar. Mais le journal sénégalais promet la liesse des grands jours. « Les effigies de l’ancien président ainsi que les images de son fils, rangées au placard depuis la dernière branlée électorale, retrouvent le jour », énonce, textuellement, le confrère. Lequel, très lyrique on va dire, évoque la « volonté » des militants du PDS qui ne faiblit pas devant le « froid de plus en plus mordant » (alors forcément, avec ce froid, faut bien se réchauffer). !
 
A Dakar, pourtant, il y a Le Soleil. Je veux parler du journal, qui le clame en une : « Maître Wade arrive aujourd’hui ». Le Soleil, dont l’édition en ligne se borne à rapporter, dans un style nettement moins fleuri que celui employé par Le Quotidien, aussi bien la mobilisation des militants du PDS, que le dispositif sécuritaire mis en place par les autorités pour « certainement éviter des troubles à l’ordre public », ou encore la « fausse annonce du blocage de l’avion » d’Abdoulaye Wade, que le ministre de la Bonne gouvernance et porte-parole du gouvernement, Abdou Latif Coulibaly a qualifié de « jeu médiatico-politicien », rapporte scrupuleusement, et sans emphase, Le Soleil.
 
Prudent lui-aussi, Sud-Quotidien évoque un « nuage » au sujet de l’autorisation ou non d’atterrir pour l’avion de l’ancien président sénégalais.
 
Alors, le froid, les nuages, il est beaucoup question de météo aérienne ce matin dans la presse sénégalaise.
 
Wade : jeu, set mais pas match
 
Mais au-delà du Sénégal, ce retour d’Abdoulaye Wade dans son pays passionne les éditorialistes africains. « C’est à se demander si le renard politique qu’est Wade, n’a pas déjà atteint les objectifs qu’il se fixait en décidant de ce retour ? », feint de s’interroger Guinée Conakry Infos. Car avec ce feuilleton et le « buzz médiatique qu’il a réussi à créer », Wade a déjà atteint un premier objectif : « remobiliser ses troupes », estime le site guinéen. Qui le martèle : « Wade a gagné la bataille cathodique ».
 
Pour Le Pays, au Burkina Faso, aussi, Wade « joue et gagne ». Car selon le quotidien ouagalais, l’ancien président sénégalais a « déjà réussi à faire de son retour, une mise en scène politique inédite ». Et dans une référence très littéraire, Le Pays voit dans ce qu’il appelle le « retour gagnant » de Wade, une analogie avec les personnages du roman, « La Plaisanterie » de l’écrivain tchèque, Milan Kundera, dans lequel, pour faire court, un étudiant persécuté pour déviance politique, fait son retour dans sa ville natale où il retrouve les autres personnages de son odyssée politique mouvementée.
 
Quand au site Internet Afrik.com, il ne tarie pas d’éloge sur le coup de … « Maître », … de Maître Wade, bien sûr. Un retour qui intervient alors que souffle un « vent de mécontentement » sur un Sénégal « qui avait espoir en Macky Sall ».

RFI

Vendredi 25 Avril 2014 - 10:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter