Le retour d’Abdoulaye Wade : A la une de la revue de presse Sénégalaise



Après deux ans d’exil en France, l’ancien président sénégalais se rendra demain mercredi à Dakar. Abdoulaye Wade s’en explique dans le quotidien français Le Monde : « mon retour est hautement politique, affirme-t-il, surtout dans les circonstances actuelles où il y a beaucoup de difficultés au Sénégal. Il y a un fort mécontentement : les Sénégalais ont comparé le régime actuel avec le mien et ont tiré les conclusions qui s’imposent. » Concernant son fils Karim, accusé d’enrichissement illicite et en préventive depuis un an, Abdoulaye Wade déclare : « lutter contre les détournements est important. (…) Mais ce n’est pas une raison pour accuser des innocents. Macky Sall a utilisé l’idée de la traque des biens mal acquis pour combattre Karim, le faire condamner, le priver de ses droits civiques pour qu’il ne se présente pas en 2017. »
 
Enfin, Abdoulaye Wade prévient : « Macky Sall est conscient de la dégradation politique, économique et sociale du Sénégal. Il faut y mettre fin. Je veux la paix et la démocratie mais, s’il persiste à maintenir des innocents en prison, j’utiliserai tous les moyens légaux pour combattre son régime. »
 
Pour le quotidien sénégalais Enquête, ces propos de l’ex-président représentent « des menaces à peine voilées. » D’ailleurs, poursuit le journal, « l’arrivée annoncée de Wade à Dakar ne laisse pas indifférentes les autorités au plus haut sommet. Il nous revient en effet qu’une mise en garde a été transmise aux responsables du Parti démocratique sénégalais pour dire qu’aucune perturbation ne sera tolérée. (…) On prévient aussi que s’il veut verser dans le populisme ou cherche à instaurer de la violence, il aura alors l’Etat en face de lui. »
 
Prêt à se battre !
 
Pour Walfadjri, autre quotidien sénégalais, « si Wade remet les pieds à Dakar ce mercredi 23 avril, ce sera pour se battre. Ni plus ni moins. Et quand Abdoulaye Wade se met dans un combat, il fait comme tout bon boxeur, il se donne les moyens de gagner. D’où ses nombreux entretiens téléphoniques avec des personnalités politiques, de la société civile, de la classe maraboutique, mais aussi du monde des médias. Objectif : rassembler le maximum de forces avant d’engager le combat. »
 
Walfadjri poursuit : « “Un léopard ne se déplace jamais sans ses taches”, dit le proverbe africain. Autrement dit, quel que soit son âge, Abdoulaye Wade garde une capacité de nuisance acquise pendant ses 26 ans d’opposition enrichis d’une expérience de 12 années passées à la tête de l’Etat. Autant dire alors que l’homme garde des réseaux dans l’appareil d’Etat mais aussi dans la classe maraboutique qui, de Senghor à Macky Sall, a toujours un rôle éminemment politique dans la marche de la nation. Mieux, relève encore Walfadjri, une jonction avec Pape Diop et peut-être Idrissa Seck lui permettrait d’augmenter sa force de frappe. »
 
Un grand show…
 
En tout cas, Abdoulaye Wade a bien mis en scène son retour, comme l’explique le site d’information Senenews : « attendu demain mercredi à 14 heures à l’aéroport Léopold Sédar Senghor, Me Wade veut frapper un grand coup politico-médiatique pour son retour sur la scène politique. Comme du temps où il était le chef incontesté de l’opposition, l’objectif est d’en mettre plein la vue à Macky Sall, histoire de l’impressionner et de lui mettre la pression, comme il sait bien le faire. Le père de Karim Wade prépare un grand show comme il les aime. Féru des foules monstres, il devrait être bien servi à sa descente d’avion. Les militants du PDS, qui veulent réserver à leur leader un accueil grandiose, comptent mettre tous les atouts de son côté. »
 
En effet, relate le site leral.net, « Abdoulaye Wade aura un calendrier chargé dès son arrivée à Dakar. Les militants libéraux très impatients de voir leur secrétaire général national se mobilisent comme un seul homme pour lui réserver un grand accueil. Après la rencontre avec les libéraux, l’ex-locataire du Palais passera la journée de jeudi 24 avril auprès du Khalife général des mourides Serigne Sidy Mokhtar Mbacké. Wade n’a rien perdu de son aura à Touba et aura un accueil digne d’un ancien chef d’Etat. »
 
Et puis certains sites d’information sénégalais se déchainent contre l’ancien président, à l’instar de Sen24heures : « cet homme croit que ses pratiques au pouvoir sont toujours en cours. Il ignore que son successeur a opéré une rupture fondamentale en laissant à la Justice les coudées franches. Abdoulaye Wade est à mille lieux de l’évolution citoyenne du pays qu’il a pourtant dirigé durant 12 ans. »
RFI


Mardi 22 Avril 2014 - 17:36



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter