Le retour de l'énième nouveau dérapage de Jean-Marie Le Pen

Alors que sa fille Marine s'emploie à "dédiaboliser" le Front National, son père en remet une couche dans une interview apparemment anodine.



Le retour de l'énième nouveau dérapage de Jean-Marie Le Pen
Ca se passe en page 4 de France Soir, qui consacre un dossier aux enfants Le Pen. Caroline, qui a pris ses distances avec son père, Yann, l'artiste de la famille, et Marine, qui en plus d'avoir repris le flambeau familial, a failli être oubliée sur une plage quand elle avait 4 ans.

Interrogé dans le quotidien, Jean-Marie Le Pen, 82 ans, devenu président d'honneur du parti, commence par raconter l'ambiance à la maison, le lissage de l'image du FN par Marine, qui est moins chahutée par la presse que lui... Quand soudain, la question" condamnez-vous le communautarisme?" tombe.

Et la réponse qui suit.

"Savez-vous qu'il y a des villes en France qui sont déjà majoritairement étrangères ? Roubaix, 60 % d'immigrés maghrébins ! Si vous attendez le jour où ça brûle pour en prendre conscience, il sera un peu tard. Vous avez vu les foules en Egypte, en Tunisie, en Syrie ? Le jour où vous avez une foule comme ça qui descendra les Champs-Elysées ! Ce n'est rien, pour eux, à la limite, d'avoir 300.000 personnes. Qui les arrêtera ? Et s'ils descendent les Champs-Elysées, ce ne sera pas pour faire joujou. Par exemple, ils veulent sodomiser le Président. Ils se donnent ça comme objectif : arriver jusqu'à la grille du Coq, l'enfoncer, et ensuite " le " sabrer ? Je répète : qui les arrêtera ?"

Une provocation de plus pour l'ancien président du parti d'extrême-droite, qui a pris du champ au sein du FN. Une provocation qui s'ajoute à une longue liste, qui, contrairement à une idée reçue, n'a jamais vraiment cessé. Derniers exemples en date:
- en août 2010, on déterre un documentaire de Public Sénat où Jean-Marie Le Pen déclare: "j'ai acheté une maison de campagne pour permettre à mes enfants qui habitaient le XVe arrondissement de voir des vaches, au lieu des Arabes."
- en août 2010, il estime que "feindre de croire que le maréchal Pétain était responsable de la persécution des juifs pendant la guerre était une pensée scandaleuse"
- en janvier 2011, il déclare, après qu'un journaliste juif de France 24 a été "molesté" par le service d'ordre du parti: "il a dit que c'était parce qu'il était juif qu'il avait été expulsé. Ça ne se voyait ni sur sa carte de presse, ni sur son nez, si j'ose dire."

Leposte.fr

Lundi 18 Avril 2011 - 12:43



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter