Le retrait des enfants de la rue renforce l’image de marque du Sénégal selon Mbagnick Ndiaye

Le ministre de la Communication et de la Culture appelle les acteurs culturels à s’impliquer davantage pour faire passer la décision du chef de l’Etat pour le retrait des talibés de la rue. Selon lui, ils ont aussi leur rôle à jouer dans l’application de cette mesure.



Le retrait des enfants de la rue renforce l’image de marque du Sénégal selon Mbagnick Ndiaye
«J’approuve à 100% cette opération de retrait des enfants de la rue », a déclaré Mbagnick Ndiaye, le ministre de la Culture et de la Communication qui se prononçait sur le vœu du président de la République de ne plus voir les enfants trainer dans les rues.

Mais pour l’application de cette mesure, les acteurs culturels sont appelés à s’impliquer davantage. C’est dans ce sens qu’il leur à lancer un appel : «nous responsables, tout ce que nous pouvons faire pour contribuer à l’information, à la sensibilisation, à l’application de cette mission, nous allons le faire. C’est pourquoi en ma qualité de ministre de la Communication, mais également ministre de la Culture, je lance un appel vibrant et solennel à l’ensemble des acteurs culturels pour qu’ils réfléchissent à la manière d’accompagner à travers des messages culturels, cette opération salutaire  qui est en train d’être menée».

Cependant, le ministre est conscient des résistances par rapport à la concrétisation de ce décret : «à travers ce que nous lisons dans la presse, il y a un certain nombre résistance, mais il faut qu’on accompagne le Président pour que véritablement ces résistances soient vaincues. Car il y va de la crédibilité et l’image de marque du Sénégal».

Ousmane Demba Kane

Mardi 12 Juillet 2016 - 13:34




1.Posté par issa gibb le 21/07/2016 15:27
Les résistances citées par le ministre de la culture et de la communication Mbagnick Ndiaye ? Si ceux sont les résistances des faux marabouts qui ont failli à leurs devoirs d'enseignants, failli à leur responsabilité sécuritaire des enfants qu'on leur a confié en les envoyant dans les dangers de la rue, trahi l'Islam qui interdit la mendicité sauf pour les personnes handicapées, qui salissent le Sénégal en refusant d'appliquer les lois et la modernisation des daaras qu'ils ont étouffé. Ces exploiteurs d'enfants pauvres et vulnérables par la mendicité forcée, dans des daaras illégales, où est pratiquée l'humiliation, la violence, les abus sexuels et l'homosexualité entre talibés par la loi du plus fort sur le plus petit. Ces escrocs de l'argent facile sur le dos d'enfants sont en réalité des hommes voués à Satan !
Ces résistances là, ne sont plus recevables. Leur système abject et irresponsable doit être éradiqué. Les daaras nauséabondes et sodomites doivent être fermées. Les enfants sortis de la rue, retournés dans leurs familles et dans les daaras vertueuses sans mendicité, dans leurs quartiers ou leurs villages, sous contrôle de l'Etat.
Toute manifestation réfractaire des marabouts pervertis est matée par l'armée. Force reste à la loi ! Contre des piliers de Satan pour sortir le Sénégal de l'obscurantisme et son retour à la dignité humaine et l'honneur d'un pays débarrassé des esclavagistes d'enfants.
En tant que Ministre de la Communication, des spots télévisés permanents, pour faire arrêter l'aumône aux talibés par la population sénégalaise, seraient les bienvenus pour propager cette grande cause nationale du retrait des enfants de la rue. Donnez-vous les moyens de la réussite pour rétablir les droits fondamentaux de ces enfants de Dieu, petits esclaves des maîtres sataniques au Sénégal.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter