Le secteur privé africain s’engage pour le développement de l’agriculture

Le secteur privé africain s’implique dans le développement de l’agriculture pour une meilleure croissance économique du continent. Il a étudié les modalités de sa participation lors de la réunion du secteur privé dans le cadre du Programme Détaillé pour le Développement de l’Agriculture en Afrique (PDDAA) qui s’est ouverte ce mercredi 17 juin à Dakar.



Le staff du NEPAD qui s'occupe du développement de l'agriculture
Le staff du NEPAD qui s'occupe du développement de l'agriculture
Le secteur privé africain se rencontre ce mercredi 17 juin à Dakar pour dialoguer sur les moyens de mise en œuvre du Programme Détaillé pour le Développement de l’Agriculture en Afrique initié par la Conférence des Ministres de l’Agriculture de l’Afrique de l’Ouest et du centre(CMA/AOC). Cette réunion est en prélude à la tenue du sommet de l’Union Africaine.

Ce programme est la vision et le cadre africain qui existent pour créer la richesse nécessaire en vue d’atteindre les Objectifs de Développement du Millénaire(OMD) en matière de nutrition et de pauvreté.

Il met l’accent sur quatre piliers de la politique et d’investissement majeur, à savoir : une gestion durable de la terre et des systèmes fiables de contrôle de l’eau, l’agrobusiness, l’accès au marché et le développement des infrastructures, la sécurité alimentaire et une meilleure gestion de l’assistance en cas d’urgence et enfin le développement et l’utilisation de la science et de la technologie pour accroître la productivité agricole.

Le coordonnateur de la conférence des ministres de l’agriculture en Afrique de l’Ouest et du Centre (CMA/AOC) a indiqué que «l’agriculture est un marché que les africains veulent valoriser, c’est ainsi que les dirigeants africains ont fait appel à l’investissement du secteur privé dans ce secteur porteur de développement. Cependant, Baba Dioum a relevé : «le secteur privé a besoin d’un certain nombre d’assurance au niveau Etatique pour se lancer dans ce domaine vecteur de développement et sortir des fonds au bénéfice du continent».

De l’avis du ministre conseiller chargé du NEPAD, «ce programme est au cœur de la vision des chefs d’Etat et de Gouvernement Africains pour travailler ensemble en vue d’accélérer la croissance agricole et de réduire la famine dans le continent afin de jeter les fondements d’un développement durable».

Pour Ibrahima Mbaye, il s’agira de travailler résolument à la modernisation de notre agriculture, à sa diversification et la mise en place de conditions optimales pour la commercialisation de nos produits agricoles parmi lesquelles conditions un appui au secteur privé agricole pour sa professionnalisation et sa meilleure structuration ».

Ainsi déclare, Le ministre conseiller du Nepad «il s’agit de donner au secteur privé agricole l’opportunité d’émettre ses avis et suggestions quant à la mise en œuvre du PDDAA et de proposer la meilleure approche pour organiser l’internalisation par cette catégorie d’acteurs de ce programme et sa plus grande implication dans sa mise en œuvre».

Ndeye Maty Diagne

Jeudi 18 Juin 2009 - 00:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter