Le sommet Asie-Pacifique s'ouvre sans Barack Obama

C'est ce lundi 7 octobre que s'ouvre le forum de Coopération de l'Asie-Pacifique (Apec), en l'absence de Barack Obama, resté aux Etats-Unis pour cause de blocage budgétaire au Congrès. Il a donc envoyé son secrétaire d’Etat, John Kerry pour le remplacer. L'Apec regroupe 21 pays dont des économies majeures comme les Etats-Unis, la Chine, la Russie ou le Japon. L'objectif de cette réunion est de faire avancer les négociations sur le Partenariat transPacifique (TPP).



Le forum de Coopération économique de l'Asie-Pacifique (Apec) représente plus de la moitié de la richesse mondiale. REUTERS/Beawiharta
Le forum de Coopération économique de l'Asie-Pacifique (Apec) représente plus de la moitié de la richesse mondiale. REUTERS/Beawiharta
On ne parle que de cette absence très remarquée : Barack Obama ne sera effectivement pas à Bali, au forum de la Coopération économique pour l’Asie-Pacifique (Apec), qui s’ouvre ce 7 octobre.  L’Asie est déçue, les Indonésiens en particulier, puisque Barack Obama est un petit peu « l’enfant du pays ». Ce matin, toutes les télés locales expliquaient en long et en large ce qu’était le shutdown américain et pourquoi le président des Etats-Unis n’était pas là alors qu’on préparait ce rendez-vous depuis des années. L’aéroport construit spécialement pour l’événement a été inauguré il y a quatre jours.
 
Mais c’est plus au niveau diplomatique qu’au niveau économique que la non-venue d’Obama va être gênante. John Kerry vient de rencontrer son homologue russe, Sergueï Lavrov. Mais bien sûr, une rencontre bilatérale Obama-Poutine aurait eu beaucoup plus de poids étant donné le contexte tendu jusqu’ici entre les deux hommes. Un autre géant en revanche se frotte les mains de cette absence : la Chine, peu ravie de voir l’influence américaine s’étendre en Asie.
 
Quel impact a l'absence d'Obama sur les discussions ?
 
Une équipe de la délégation américaine est tout de même venue avec John Kerry. Elle est là depuis plusieurs jours pour négocier justement les différentes parties de l’accord de libre échange qu’il reste à négocier, ce fameux Partenariat transPacifique. Les Etats-Unis sont la cheville ouvrière de cet accord. L'objectif est de créer une zone de libre-échange qui concentrerait près de la moitié de la production manufacturière de la planète et 40% du commerce mondial. Barack Obama absent, reste convaincu qu'un accord sera trouvé d'ici la fin de l'année 2013. Un optimisme que ne partage pas le Premier ministre malaisien, qui a fait part de ses doutes sur l'échéance imposée.
 
Les pays à revenus intermédiaires ont besoin d'intensifier le commerce avec leurs voisins car ils ont beaucoup souffert du ralentissement de la croissance chinoise et indienne. Selon la commission économique et sociale des Nations unies pour l'Asie Pacifique, le PIB de la région a reculé de 3% depuis le début de la crise en 2008. Les Etats-Unis ne devraient pas laisser leur siège libre trop longtemps. Certains pourraient regarder vers la Chine qui propose une autre union douanière avec seize pays d'Asie-Pacifique.

Source : Rfi.fr

 

Dépéche

Lundi 7 Octobre 2013 - 17:34



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter