Leeds: El Hadji Diouf à la gare pour rentrer avec le train

Nos stars qui peuvent être souvent à la base de frasques au pays peuvent aussi bien rester modestes dans certaines circonstances. Surtout quand l’âge ne joue plus à votre faveur. « Leeds : El Hadji Diouf, titulaire sans contrat », c’est une information qu’on peut reprendre telle quelle mais bien lue, on apprend, « (…) et il doit être heureux de l’appui qu’il a reçu pour son intégration. Il est même allé à la gare pour rentrer avec le train. Et je lui ai dit qu’il était vraiment courageux ». Ainsi on gare les bolides pour reprendre le boulot ! Lisez le reste du texte inchangé.



Leeds: El Hadji Diouf à la gare pour rentrer avec le train
Mi-août, Leeds United, club de Championship (la deuxième division anglaise), annonçait l’arrivée de El Hadji Diouf. Les dirigeants des Peacocks n’ont cependant pas précisé la durée d’engagement du bad boy du football sénégalais. Et pour cause, le joueur de 31 ans ne dispose pas de contrat. Ce qui ne l’a pas empêché de débuter et même de participer activement lors de la victoire de Leeds face à Wolverhampton (1-0) et la défaite face à Blackpool.

Par son activité et son engagement, l’ancien Lensois n’a pas tardé à se mettre tout le monde dans la poche dans le Yorkshire, à commencer par Neil Warnock qui, il y dix-huit mois, le traitait de « rat d’égoût » après un tacle qui envoyait Jamie Mackie (QPR) à l’hôpital. Visiblement la hache de guerre est enterrée et Warnock est sous le charme. « Il est tellement fort balle au pied. S’il veut rester, on va s’asseoir à la table des négociations et trouver un accord. Il est en train de prendre plaisir dans le groupe. Les gars l’ont accueilli chaleureusement (…) et il doit être heureux de l’appui qu’il a reçu pour son intégration. Il est même allé à la gare pour rentrer avec le train. Et je lui ai dit qu’il était vraiment courageux », s’est réjoui le technicien de 63 ans.

Mais qu’est-ce que cela signifie pour l’ancienne gloire des Lions? En clair, Diouf joue quand on le lui demande, comme n’importe quel autre joueur professionnel. Mais il peut quitter Leeds United à n’importe quel moment, sans préavis d’aucune sorte. Les deux parties n’ont donc rien à craindre. Et tout à gagner.


Avec SlateAfrique


Jeudi 23 Août 2012 - 17:41




1.Posté par GNANGOOR le 24/08/2012 03:28
LIRE LES ACCORDS : "Voici une preuve supplémentaire que Macky Sall est un agent de la France placé à la tête de l’Etat du Sénégal. Le 18 avril 2012, sans mener des négociations préalables, le président a signé les nouveaux accords de défense. En vérité, mêmes les plus hauts gradés de l’Armée sénégalaise ont été mis à l’écart dans cette affaire. Installé le 02 avril, Macky Sall n’avait pas le temps de négocier ces accords. Il a signé un document rédigé par la partie française.
A la surprise générale, le président Sénégalais a cédé des centaines d’hectares à Dakar à l’Armée française. Dans la rubrique « installations et logements mis à la disposition des forces françaises stationnées ou en transit », le président s’est engagé à céder gracieusement, gratuitement et à titre exclusif aux forces françaises stationnées ou en transit dans la capitale sénégalaise, les installations suivantes : « Le camp de Ouakam, la station d’émission interarmées de Rufisque, le parc de Hann, l’aéroport Léopold Sédar Senghor, partie militaire, celles des emprises de la base navale des forces armées sénégalaises occupées par les forces françaises (unité marine, direction des travaux, direction interarmées du service de santé des armées, centre médical interarmées, poste protection sécurité force défense), les villas d’autorités de la Pointe de la Rade, les logements de la Cité Saint Exupéry, les logements de l’Unité maritime, les logements du Camp de Ouakam, les logements du parc de Hann, les logements de la station d’émissions interarmées de Rufisque »." Modou FALL
Sitôt installé à la tête de l’Etat, Macky Sall s’était rendu en France le 16 avril en visite chez Sarkozy. C’était pour signer avec le président français sortant de nouveaux accords de défense dans le cadre de «l’approfondissement» entre la France et le Sénégal. Un traité qui accorde beaucoup d’avantages à la partie française qui se voit octroyer gracieusement plusieurs hectares de terres et des biens immobiliers en terre sénégalaise ainsi que de nombreux privilèges.
Dans le traité dont Wal Fadjri a obtenu une copie, à l’article 7 (section 3) relatif à l’installation et logements mis à la disposition des forces françaises stationnées ou en transit, on a un aperçu des avantages octroyés aux forces françaises dans le cadre du traité signé entre la France et le Sénégal en avril dernier. «La partie sénégalaise met gracieusement à la disposition des forces françaises stationnées ou en transit les installations suivantes, à titre exclusif : le camp de Ouakam, la station d’émission interarmées de Rufisque, le parc de Hann», lit-on dans le document signé le 18 avril 2012 à Paris par Nicolas Sarkozy et Macky Sall. De même, le Sénégal met «gracieusement» à la disposition des forces françaises les emprises suivantes «à titre non exclusif». Il s’agit de la partie militaire de l’aéroport Léopold Sédar Senghor, et des emprises de la base navale des forces armées sénégalaises occupées par les forces françaises (unité marine, direction des travaux, direction interarmées du service de santé des armées, centre médical interarmées et poste protection sécurité défense).

Toujours au titre des avantages, le Sénégal mettra «gracieusement» et «à titre exclusif» à la disposition des forces françaises les logements suivants : les villas d’autorités de la Pointe de la Rade, les logements de la cité Saint Exupéry, de l’unité marine, du camp de Ouakam, du Parc de Hann et de la station d’émission interarmées de Rufisque. Dans l’article 9 du même traité, il est souligné que «les installations, et tout objet qui s’y trouve, les matériels des forces françaises stationnées ou en transit, ne peuvent faire l’objet d’aucune perquisition, saisie ou mesure d’exécution». Autres faveurs et pas des moindres : les forces françaises «sont exemptes de tous impôts, taxes et autres droits similaires nationaux, régionaux ou communaux au titre des biens achetés, des services rendus et des installations utilisées par elles».
Cependant, il existe des exceptions à l’admission en franchise de tous droits et taxes des matériels, équipements et approvisionnements destinés aux forces françaises. En effet, le Sénégal autorise l’admission en franchise de tous droits et taxes des matériels, équipements et approvisionnements importés pour les besoins des forces françaises à l’exception des carburants ; Des denrées alimentaires à l’exclusion des rations de combat individuelles ; Des peintures et produits de peintures (vernis, diluant) à l’exception de peintures et produits à usage strictement militaires (notamment les peintures de coque de bâtiments de guerre, d’avions militaires ou de véhicules blindés). Des machines outils, outillages à main et petites fournitures consommables pour les ateliers.
Des matériels d’ameublement destinés aux membres du personnel à l’exception du mobilier de casernement destiné à un usage militaire. De l’électroménager destiné aux membres du personnel à l’exclusion des gros matériels destinés aux installations militaires, du matériel de sport y compris les embarcations et voiliers de plaisance. Des ordinateurs à l’exclusion des ordinateurs durcis à usage strictement militaire et enfin des produits pharmaceutiques. «Les services compétents du gouvernement de la République du Sénégal se réservent le droit de contrôler que les matériels, équipements et approvisionnements qui auraient bénéficié d’exonération de taxes ou droits, sont bien réservés à l’usage exclusif des forces françaises…», précise le traité signé entre les deux présidents Sarkozy et Sall.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter