PRESSAFRIK.COM ,  L'info dans toute sa diversité



Législatives 2017: inquiet de la montée de la violence, WANEP-Sénégal appelle les acteurs à la raison

« Oui à la Force des arguments, non à l’argument de la force », prône le Réseau Ouest–Africain pour l’Edification de la paix au Sénégal.



Organisation de la société civile sénégalaise engagée dans la consolidation d’une paix durable au Sénégal, WANEP-Sénégal exprime « son inquiétude » face à la montée de la violence dans l’espace politique en cette période de campagne électorale en vue des élections législatives prévues le 30 Juillet 2017.

« Plusieurs endroits du territoire national ont été le théâtre d’échauffourées ayant occasionné des blessés. Le dimanche 9 juillet, à Sangalkam, une bataille rangée a opposé les militants de « Benno Bokk Yakaar » (BBY) à ceux de la Coalition «Taxawu Senegal», à l'entame de la campagne des législatives, et a occasionné des blessés au sein du camp de BBY. Le mercredi 12 juillet, aux environs de 23 heures, le cortège de la Convergence patriotique Kaddu Askan Wi, dirigée par Abdoulaye Baldé, a subi une attaque à hauteur d’Ourossogui, alors qu’il revenait d'une tournée dans le nord du pays. Des gens auraient obstrué la route avant de lancer des pierres en direction du cortège de l’ancien ministre. Le vendredi 14 juillet, dans la commune de Thiargny située dans le département de Linguère, de violents affrontements ont éclaté entre militants de la Coalition Benno Bokk Yaakaar de ladite commune. Il s’est agi d’une bataille rangée entre les partisans du maire Maham Ka, responsable politique de l'Union pour le Renouveau Démocratique (Urd) et ceux de son premier adjoint Me Daouda Ka. Elle a causé trois (3) blessés graves qui ont été acheminés à l'Hôpital Maguette Lo de Linguère. Le même après-midi, il a fallu une intervention de la gendarmerie pour éviter un affrontement entre deux hauts responsables de l’Alliance pour République (parti au pouvoir), à savoir le maire de commune Ndiagne Diop et le ministre Oumar Guèye. La violence verbale a fusé de chaque côté et les armes à feu ainsi que des objets tranchants ont été brandis », déplore l’organisation.

Le Réseau Ouest–Africain qui regrette « la confrontation » de vendredi dernier entre la caravane organisée par les ministres Mame Mbaye Niang et Youssou Ndour, ainsi que Cheikh Bakhoum, membre de la coalition Benno Bokk Yakaar à Grand Yoff, avec les militants de Manko Taxawu Senegaal (MTS) de Khalifa Sall et Cie », affiche son désaccord quant à « l’utilisation d’armes à feu, de machettes et de gourdins ».

« Ces indices poussent à croire que la situation restera tendue si les partis engagés dans la campagne électorale ne s’accordent pas pour agir de manière responsable », avertit WANEP Sénégal en invitant « les différents partis politiques et coalitions à faire preuve de plus de responsabilité et de non-violence pour le renforcement de la cohésion sociale et de la démocratie au Sénégal ».

 « Gagnez les voix de vos compatriotes par la force de vos arguments et non par l’argument de la force. La violence est loin de servir et de grandir la démocratie sénégalaise. Elle la dessert et l’enlise davantage. Acteurs politiques, allez-vous accepter d’aller vers l’Hémicycle en marchant dans le sang de ceux que vous êtes sensés défendre ou en enjambant leurs cadavres ? Revenez à la raison et demandez à tous vos partisans de baisser les armes et de combattre par les idées », lance ainsi l’organisation à tous ces acteurs. 

Fondé en 1998 en réponse aux guerres civiles qui tourmentaient l'Afrique de l'Ouest dans les années 90.  Au cours des années, WANEP a réussi à établir des réseaux nationaux forts dans les 15 État de l’espace CEDEAO, regroupant aujourd’hui plus de 550 organisations-membres à travers la sous-région, selon la note parvenue à PressAfrik.com. 
 


Mercredi 19 Juillet 2017 - 16:53



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter