Législatives: Pourquoi « la moitié des électeurs ne votera pas », selon Bamba Fall



Le stade Iba Mar Diop a refusé du monde ce lundi. Hommes, femmes et jeunes, habitants la Médina, se sont donnés rendez-vous ce matin pour retirer leurs cartes d’électeurs. Le maire de ladite commune, qui a rejoint le groupe, a dénoncé « la mauvaise gestion » des commissions en charge de la distribution des cartes d’électeurs. «Ma qualité de candidat (me donne) le droit de vérifier le processus électoral. Je suis, donc, venu pour m’enquérir de la situation de retrait des cartes», a-t-il expliqué.

Après quelques tours dans les commissions qui ont été déplacées par le Sous-préfet de Dakar au stade Iba Mar Diop, le proche de Khalifa Sall a fait savoir que « pour un nombre d’inscrits de plus de 88 000 électeurs, moins de 15 000 cartes sont disponibles. Et, de ces 15 000, moins de 10 000 ont été retirées ». «Toutes ces personnes que vous voyez, sont venues retirer leurs cartes mais on leur a dit qu’elles ne sont pas disponibles. Nous ne comprenons pas », a martelé la tête de liste départementale de MTS.

En direction de la société en charge de la fabrication des cartes, Bamba Fall de lancer: «Pour un marché de gré à gré de plus de 50 milliards en faveur de la société Iris, qui est une société étrangère, je pense qu’en leur donnant un marché, il fallait un cahier de charge. Il fallait soumissionner dans les règles de l’art du Code général des marchés publics. Personne ne comprend quelles ont été les clauses du marché ? ». « Si toutefois la société Iris n’a pas respecté les clauses, pourquoi il n’y a pas de mise en demeure ? », se demande-t-il.

Bamba Fall qui est d’avis que «la moitié des électeurs ne votera pas», a exigé des explications : «L’Etat doit clarifier les sénégalais sur ce qu’ils doivent faire. S’ils doivent voter avec les anciennes ou les nouvelles cartes d’électeurs. Et jusqu’à quand devraient-t-ils attendre».

L’édile de la Médina de marteler: « Au niveau des Sous-préfectures, on n’a pas de représentants de partis, il n’y a que des gens de l’APR (Alliance Pour la République, parti présidentiel) et ils travaillent pour le compte du parti-Etat ».

Poursuivant, il ajoute qu’ils « (avaient) remarqué, à la Médina, que des cartes sont en train d’être distribuées dans les maisons pour leurs militants au moment où ceux qui sont identifiés comme (leurs) militants ne voient pas leurs cartes et cela doit cesser parce que le pays n’appartient pas à un parti politique, (encore moins) à un clan. On est dans une République».
 
Et de renchérir : « Au moment où je vous parle, pour le premier fichier de la Médina, on n’a pas l’école Malick SY et c’est anormal que des populations de la Médina aillent voter dans une autre commune. On ne doit pas voter au Plateau. Actuellement, la Médina a cinq (5) bureaux de vote au moment où les écoles sont disponibles ».
 
Le maire qui sent un « parfum de fraude (avec) plus de 12 000 bureaux de vote fictifs », a annoncé que « cette semaine sera une semaine de supervision des cartes d’électeurs ».

Et de dénoncer l’indisponibilité des cartes d’électeurs à moins de dix-huit (18) jours des législatives. Ce qui est « anormal dans une République émergente ». 
 

Aminata Diouf et Assane Walo Gueye (Stagiaires)

Lundi 17 Juillet 2017 - 16:29




1.Posté par mayday le 17/07/2017 22:26
A qui profite cette belle pagaille?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter