Législatives au Cambodge : la victoire du parti au pouvoir toujours contestée par l’opposition

Au Cambodge, la Commission électorale nationale (CEN) a proclamé les résultats provisoires des élections législatives du 28 juillet 2013. Sans surprise, elle confirme à nouveau la victoire au parti au pouvoir, le Parti du peuple cambodgien (PPC) qui gagne 19 des 24 provinces du pays. La Commission a jusqu'au 8 septembre pour annoncer le score final avec la répartition des sièges par parti. En attendant, l'opposition continue de contester ces chiffres, biaisés, selon elle, par une fraude électorale massive.



Lecture de la presse à Phnom Penh. L'opposition conteste la victoire du parti du Premier ministre Hun Sen. REUTERS/Samrang Pring
Lecture de la presse à Phnom Penh. L'opposition conteste la victoire du parti du Premier ministre Hun Sen. REUTERS/Samrang Pring
Avec à peine 290 000 voix de différence, les deux partis qui seront représentés à l’Assemblée sont au coude à coude. Un faible écart qui conforte le Parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP) dans son rejet d’une victoire attribuée au parti du Premier ministre Hun Sen et qui lui donne une base solide pour négocier. Les allégations de fraude qu’il a soulevées n’on pas été prises en compte, regrette le parti qui n’a pas tardé à se prononcer sur les derniers résultats comme l’explique l’un de ses membres : « On refuse les résultats provisoires parce que le parti est en train de discuter avec le parti au pouvoir pour créer un comité mixte et technique pour chercher les irrégularités ».
Et quid de la menace d’organiser une grande manifestation régulièrement brandie par son parti : « Ce n’est pas comme dans l’ordre des choses la voie qu’on préfère. C’est qu’il faut résoudre le problème dans le calme et dans la voie des discussions ».
En écho, sur la page Facebook du Premier ministre Hun Sen, on peut lire, « la paix est la chose la plus importante pour les Cambodgiens ». L’opposition attend du parti au pouvoir l’annonce d’une prochaine rencontre. L’un de ses ténors, Son Chhay, redoute cependant un pas en arrière du parti au pouvoir. Pour lui, en maintenant l’annonce des résultats provisoires alors que les tractations étaient sur de bons rails, le PPC pourrait avoir changé d’avis sur l’exigence de l’opposition de créer un comité d’enquête indépendant pour examiner les irrégularités du scrutin.
Le ministre de l’Information assure pour sa part que son parti n’a pas fermé la porte aux négociations.

Source : Rfi.fr
 

Dépéche

Mardi 13 Août 2013 - 11:35



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter