Législatives au Mali: un second tour peu mobilisateur

Le second tour des élections législatives maliennes s’est tenu ce dimanche 15 décembre. Un vote essentiel pour le pays puisqu’il marque le retour du pays à l’ordre constitutionnel et démocratique, après le coup d’État de mars 2012 et la longue période de transition qui avait suivi. Mais le scrutin n’a pas mobilisé les électeurs.



Dans certains bureaux de vote de Bamako, on ne comptait parfois qu'un électeur tous les quarts d'heure. AFP PHOTO / HABIBOU KOUYATE
Dans certains bureaux de vote de Bamako, on ne comptait parfois qu'un électeur tous les quarts d'heure. AFP PHOTO / HABIBOU KOUYATE

Le dépouillement a commencé. À Bamako, il n’y a pas eu vraiment foule devant les bureaux de vote. À la mi-journée par exemple, on comptait dans certains centres un électeur tous les quarts d’heure. Et la situation ne s’est pas améliorée en fin de journée. À quelques heures de la fin du scrutin, certains candidats tentaient de mobiliser les électeurs en affrétant gratuitement des minibus pour les inciter à aller voter.
 

Ceux qui se sont déplacés, en tout cas, jugeaient que leur participation est capitale pour permettre au pays, après deux années de crise politique, économique et sécuritaire, de se relancer. « C’est notre devoir le plus absolu de citoyen de venir voter pour pouvoir aller de l’avant », affirmait ainsi un homme. « Un pays sans Assemblée nationale n’est pas un pays,considèrait un autre. L’Assemblée nationale est là pour contrôler les activités de l’État. »
 

De rares incidents ont été à déplorer, comme une tentative d’usurpation d’identité à Bamako. Le faussaire a été interpellé. Le vote a été calme également à l’intérieur du pays. Le dispositif de sécurité était par endroits impressionnant, avec des patrouilles de la Minusma et de l’armée malienne.
 

Après le plébiscite obtenu par Ibrahim Boubacar Keïta lors de la présidentielle, ces législatives permettront de redessiner le paysage politique malien, en confortant le parti présidentiel, ou en rééquilibrant les forces. Les résultats ne sont pas attendus avant plusieurs jours.

Source : Rfi.fr
 


Dépêche

Lundi 16 Décembre 2013 - 10:02



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter